Colin
© Océane Fournier

Comment Albigny échappe à la parité

À ce jour, Albigny-sur-Saône dispose de trois adjoints et d’une seule adjointe. Pour contourner la loi sur la parité dans les exécutifs municipaux, le maire, Jean-Paul Colin (divers droite), a organisé deux scrutins. Explications.

Albigny peut-elle s'exonérer de la loi sur la parité ? À ce jour, la commune du val de Saône (2 755 habitants) compte un maire, Jean-Paul Colin, trois adjoints et une seule adjointe. Pour y parvenir, l'édile, réélu vice-président du Grand Lyon la semaine dernière, s'y est repris à deux fois. Le 4 avril, un premier vote a propulsé deux hommes et une femme. Un deuxième a par la suite désigné un seul homme. Ainsi l'élu peut-il se targuer d'avoir respecté pour chaque scrutin la loi sur la parité, selon laquelle "l'écart entre le nombre des candidats de chaque sexe ne peut être supérieur à un" dans la liste soumise au suffrage des conseillers municipaux. Mais, au global, le compte n'y est pas.

“Ce sont les adjoints qui se retroussent les manches”

Jean-Paul Colin pense néanmoins être dans les clous, invoquant une "jurisprudence de 2013". Surtout, explique-t-il, "je ne trouve pas de femme prête à se lancer". "Dans nos petites communes, il n'y a pas de directeur de cabinet, ni directeur de service. J'ai seulement une secrétaire générale de mairie. Ce sont donc les adjoints qui se retroussent les manches", développe-t-il. Et, d'après lui, les Albignolaises veulent garder les avant-bras couverts. Il dit avoir eu des difficultés à composer une liste paritaire aux municipales.

Le préfet va regarder de près cette situation et pourrait demander des comptes à Jean-Paul Colin. "Il y a une volonté évidente de contourner la loi, de la mauvaise foi", réagit Michèle Viannès, présidente de Regards de femmes, qui estime ces votes illégaux. Celle-ci s'étonne que l'élu n'ait pas anticipé cette situation, durant sa campagne. "Les femmes sont prêtes à prendre des responsabilités", juge-t-elle. Conscients des critiques et des risques juridiques posés par son exécutif, Jean-Paul Colin promet toutefois un troisième vote d'adjoints. Espérant avoir réussi à susciter, d'ici là, des vocations d'adjointe.

2 commentaires
  1. Emicaju - mar 29 Avr 14 à 9 h 29

    Assez étrange ... 3 listes aux municipales à ALBIGNY et les deux autres listes, elles, avaient des femmes pour être adjointes... Le problème ne serait - il pas COLIN ?Gageons que ce soir à l'occasion du 4eme conseil municipal, Monsieur Franck CHAUSSET sera élu en attendant Yves CHIPIER... N'y aurait-il pas une volonté de cacher certaines pratiques en conservant les mêmes adjoints que le mandat précédent ou en assurant la promotion d'anciens 'initiés' ?

  2. kaoetic - mar 29 Avr 14 à 19 h 02

    Ce maire joue le nigaud pour nous faire croire que sur les 33 000 communes de France il n'y aurait que la sienne face à un obstacle insurmontable?Il mérite vraiment son titre de vice président. Il doit bien s'entendre avec notre sarkoziste lyonnais ...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut