Albert Constantin
Albert Constantin

À table avec l'architecte lyonnais Albert Constantin

Architecte révolté, qui aurait pu être curé ou cuisinier, et qui n'aime pas la médiocrité.

Albert Constantin, l'architecte au Magnum 46

Albert Constantin, l'architecte au Magnum 46@Tim Douet

"Il ne faut pas tant regarder ce que l'on mange que celui avec lequel on mange" (Epicure)

"Il est interdit de donner l'adresse". Derrière ses petites lunettes rondes, Albert Constantin jubile. Il est dans son "Relais & Granges", comme il dit, "un nouveau concept, avec des chambres si tu veux rester la nuit, des slips de rechange, des brosses à dents, de bonnes bouteilles et de quoi bien se sustenter."

le territoire des Allobroges,

le territoire des Allobroges, "le-peuple-qui-vient-d'autres-pays" @Tim Douet

On est dans le Nord-Isère, le territoire des Allobroges, "le-peuple-qui-vient-d'autres-pays", entre les champs de maïs et de blé et les élevages de bovins. L'architecte star de Lyon, authentique grand-père (encore en activité) de la profession, reçoit chez lui, dans la ferme qu'il a retapée. Il y a 30 ans, il n'y avait que quatre murs et rien à l'intérieur. Il vivait dans une caravane, garée à côté. "J'allais pêcher le brochet, c'était super". Puis son penchant de bâtissseur a repris le dessus. Il a construit un tennis, et "un superbe gazon". Et un jour, kraaak !, il a tout détruit. "Mettre du gazon ici, c'est complètement idiot ! Il faut laisser la nature faire ; après il faut gérer."

Architecte : "un moyen de conquérir l'éternité"

 

Flashback. Albert est le deuxième d'une famille catho de quatre enfants. Élevé dans les valeurs de l'enseignement chrétien, Albert (qui n'a rien d'Einstein, "je n'étais pas doué, je n'aimais pas bosser") veut être curé. La journée, il fait sa scolarité au lycée Ampère, le soir, il travaille à Léon Bérard. "Les profs me disaient qu'au lieu de sortir en boîte je ferais mieux de travailler... Attendez, je finissais mon boulot à Léon Bérard à 7h et je partais en cours à 8h !". Les années passent, et il prend le virus de l'architecte. "Un moyen de conquérir l'éternité." Il trime. Et devient rapidement fauché.

Une usine au Creusot sera sa planche de salut. On est au milieu des années 80, Albert Constantin habite "une cave d'HLM" à Bron. Il est retenu pour réaliser l'usine de construction aéronautique de la SNECMA (Société d'étude et de construction de moteurs d'avion). François Mitterrand l'inaugure. L'usine fait la "une" de la presse spécialisée. Sa carrière décolle.

Le quartet de bons amis : Maurice Trolliet, Albert Constantin, Fernand Galula et Gilbert Reboul, chef cuisinier du Golf Club de Lyon

Le quartet de bons amis : Maurice Trolliet, Albert Constantin, Fernand Galula et Gilbert Reboul, chef cuisinier du Golf Club de Lyon @ Tim Douet

 

"Grand Hôtel-Dieu, le plus beau projet de ma carrière"

Albert Constantin ()

En 1990, il crée L'Atelier de la Rize. Les projets s'enchaînent. Et de grosses opérations tombent. Ce sera la construction de La Manufacture des Tabacs en 1993 ("l'avenir de la jeunesse"), la rénovation du stade de Gerland en 1998 ("Raymond Barre m'a dit "c'est depuis que vous avez fait le stade qu'on remporte tous nos matchs", je lui ai répondu "je suis d'accord avec vous Monsieur le Premier Ministre mais il n'y a que vous et moi qui le pensons"), la réhabilitation de la Halle Tony Garnier en 2000. La même année, il fusionne avec A-I-A (Architectes Ingénieurs Associés), qui compte aujourd'hui 450 collaborateurs. Entre 2001 et 2005, Albert Constantin réalise Les Archives municipales, le siège d'Aventis-Pasteur en 2002. Jusqu'au Grand Hôtel-Dieu, dont les travaux sont en cours ("on remet 500 ans d'histoire dans l'avenir, le plus beau projet de ma carrière").

Magnum 46 aux lèvres

Un Magnum 46 aux lèvres, "le meilleur havane actuel", un verre de Coufis de chez Chapoutier pas loin, Albert Constantin philosophe. "L'architecture, c'est du combat et de la copulation. Il faut savoir défendre ses idées", "en architecture, on a besoin 20 ans pour savoir si ce qu'on a fait est bien, en cuisine, c'est immédiat" - car l'homme est une fine gueule et un sacré cordon bleu -, pendant qu'il cuisine, "ici, c'est comme les ponts et chaussées : il y en a un qui bosse et les autres qui regardent", ou "la vie m'a appris une chose : que l'échec est formateur et que la réussite est destructrice."

Si la réussite est destructrice, elle a aussi ses petits bonheurs. La ferme "interdite" du Nord-Isère, labellisée "Relais & Granges" en est un assurément un. Et c'est un architecte qui le dit !

 

MENU

Asperges de l'Heyrieux

Ramassées du matin, crème fleurette montée avec un sabayon de jaunes d'oeufs.

Albert Constantin ()

 

Autour du veau

Cotes de veau, rognon entier, jus monté au beurre,

Mousserons ramassés la veille en Ardèche, aubergines farcies aux légumes (oignons, champignons, courgette, parmesan, beurre, persil 4 épices, concassé de tomates, mie de pain).

 

Charolais, chèvre et reblochon

Le charolais est affiné frais spécialement pour Albert Constantin.

Tarte aux poires

Poires revenues au beurre, avec du sucre

Pâte de marron mélangée avec du beurre ramolli et montée au bain-marie, mélangée avec un ruban de jaune d'oeuf et du sucre.

 

Albert Constantin ()

 

Albert Constantin ()
Vins

Les Coufis de Pailles de l'Ardèche, M. Chapoutier, 2001.

Saint-émilion Grand cru, Château La Gaffelière, 1999.

Châteauneuf-du-Pape, Château La Nerthe, 1995.

Châteauneuf-du-Pape, Réserve des Célestins, 1985.

Saint-julien, Les Fiefs de Lagrange, 1996.

à lire également
Le cuisinier d'origine ligérienne Pierre Gagnaire (dix-huit restaurants et l'un des chefs les plus étoilés du monde) était à Lyon ces deux derniers jours pour un repas à dix mains au Neuvième Art (Lyon 6e) et la présentation d'un nouveau livre. Lyon Capitale l'a rencontré.
Faire défiler vers le haut