La Meunière

La Meunière est morte, vive La Meunière !

Le légendaire bouchon La Meunière, rue Neuve (1er) vient de rouvrir avec aux fourneaux le duo du Potager des Halles et des Oliviers. De la continuité dans le changement, et c'est tant mieux !

La Meunière ()

Ce midi, je suis passé en coup de vent à La Meunière, l'ex-bouchon quasi centenaire de la rue Neuve (1er) - coup de vent étant une incohérence, compte tenu des quantités gargantuesques de ce que le patron propose.

L'hyper moustachu Jean-Louis Gelin a quitté le navire et laissé la place encore toute chaude à Franck Delhoum (Le Potager des Halles, 1er) et Olivier Canal (Les Oliviers, 6e).

La Meunière ()

Moins de deux semaines après le dernier service, le duo de bistrotiers qu'on croirait sortis tout droit de la défense du LOU Rugby sont déjà sur le pont. Au menu : du bouchon ! On ne change pas une adresse qui marche.

Il y a toujours les classiques saladiers lyonnais, l'oeuf meurette, la tête de veau sauce gribiche et ravigote, le tablier de sapeur, le gratin d'andouillette sauce moutarde, etc.

Mais La Meunière 2014, ce sont aussi les véritables pieds et paquets à la provençale, le pâté en croûte de cochon et foie gras ou les truitelles d'Iraty façon meunière. La patte, ici, du tandem sudiste Delhoum/Canal.

Bref, de la continuité dans le changement.

Les bois ont été gardés pour le côté authentique mais murs et plafonds ont été repeints. Du neuf avec du vieux au final.

C'est un ancien de La Mère Brazier qui oeuvre en salle.

La Meunière ()

Ce midi donc, avec une illustration de Lyon Républiciain du 5 février 1899 intitulée "Le crocodile du jardin d'acclimatation" pour compagnon, je me régalais de harengs pommes à l'huile, fondants, tièdes et relevés comme il faut.

J'enchaînais sur le pâté en croûte tout cochon : très bouchon, très cochonnaille, pas le style gastro qui eût été déplacé ici.

La Meunière ()

Et paf ! me voici avec un énorme saladier de pieds paquets (panse et pieds de mouton farcis, mijotés dans une sauce au vin blanc, farcis de porc et de persil). LA spécialité maison, les deux patrons étant du Sud.

La Meunière ()

Addition : 19 euros entrée/plat ou plat/dessert (21 euros la formule complète).

Bon, on ne va pas faire dans l'angélisme mais merci d'avoir gardé le nom, l'endroit et de ne pas avoir rayé de la carte ce bouchon, vorace Gardien du Temple et de l'histoire lyonnaise.

La nouvelle génération de cuisiniers a respecté la tradition. Pourtant Tout le monde peuvent pas être de Lyon, il en faut ben d'un peu partout...

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut