Marguerite Restaurant/Bocuse

Marguerite Restaurant (Bocuse) : les premières photos

Ouvert le 15 octobre, complet jusqu'au 20, Lyon Capitale a néanmoins réussi à déjeuner à Marguerite Restaurant, la table de Paul Bocuse et Tabata Bonardi dont le tout Lyon parle, sous les lumières du Festival.

Marguerite Restaurant/Bocuse ()

C'est une riche demeure « Art Nouveau », un hôtel particulier, bordée d'une pelouse close de murs. L'entrée se fait par un perron surmonté d'une marquise somptueusement ornée d'une très belle ferronnerie.

Avant d'accéder à la lourde porte, il faut fouler les plaques de bronze gravées au nom des parrains du Festival Lumière - Clint Eastwood (2009), Milos Forman (2010), Gérard Depardieu (2011), Ken Loach (2012) et Quentin Tarantino (2013) – pour atteindre le maître d'hôtel en habit noir.

Marguerite Restaurant/Bocuse ()

Ici, vous n'êtes ni à Collonges, ni dans une brasserie du groupe Bocuse. C'est un ailleurs. À mi-chemin entre le passé – il s'agit de la villa d'Auguste Lumière, mariée à Marguerite Winckler, puis de France Lumière, mariée à Charles Winckler – et le présent.

L'imposant hall d'entrée a conservé ses mosaïques et ses boiseries d'époque, mais a été revisité avec un papier peint à capitons rouge, pas inintéressant, deux gros lustres un brin baroques, une console-miroir à tiroirs design et un petit orgue de barbarie à cartons perforés, empreinte sacrale de Paul Bocuse.

A l'horizon, un grand escalier de 71 marches dessert deux étages – l'un dédié à des salons particuliers où on l'on imagine bien des repas de famille ou des repas d'affaires ; heureuse idée, il y a même un bar ouvert all day long où l'on pourra siroter la caïpirhina spéciale de Tabata Bonardi (la chef de cuisine brésilienne). L'autre, le second étage, abrite un petit salon particulier - que Quentin « Pulp » Tarantino a privatisé toute la semaine en se faisant installer une télé XXL.

Marguerite Restaurant/Bocuse ()

Je m'installe au rez-de-chaussée. Je traverse un grand salon très haut de plafond. D'immenses rideaux marrons glacés tombent jusqu'au parquet d'époque. Table ronde, drapée blanc (recouverte de papier à déjeuner), fauteuils en cuir noir. Boiseries, moulures rehaussés de lumières douces, volumes verriers en forme de fuseaux cointrés : le lieu est exceptionnel.

Beau standing.

Au piano : Tabata Bonardi, du centre de formation Paul-Bocuse, transfert de Nicolas Le Bec (2 étoiles Michelin) – avec un passage remarqué dans l'émission TopChef.

Dès l'amuse-bouche, un sablé au parmesan, crème d'avocat et oignons frits, on sait qu'il y a du nouveau chez Bocuse & Co.

Ni Collonges, ni brasserie donc. Autre chose. Assez féminin. Une cuisine d'instinct, de caractère avec des jus relevés, nets, comme l'épatante bisque de homard. Des saveurs brutes, comme la poitrine de cochon basque Abotia laqué avec une mousseline de potiron aux épices, tombée d'épinard, oignons nouveaux et jus aux olives. C'est affirmé. À la fois dans la technique (dos de lieu noir croustillant en persillade) et dans les goûts, francs (oeuf « Cocotte » Marguerite, poêlée de champignons au bouillon de bois-café, mouillettes de jambon ibérique).

Marguerite Restaurant/Bocuse ()

Et féminin, encore une fois. "Une cuisine d'antan, avec le regard d'une femme du XXIe siècle" glisse Éric Pansu, le chef des chefs du groupe Bocuse, aux côtés de l'équipe les premiers jours.

Bisque de homard

Petites quenelles de coquilles Saint Jacques, médaillon de homard et petits légumes

Oeuf « Cocotte » Marguerite
Poêlée de champignons au bouillon de bois-café, mouillettes de jambon ibérique

Marguerite Restaurant/Bocuse ()

Volaille de Bresse au vinaigre de vin vieux

Suprême et cuisse en deux cuissons, jeunes pousses d'épinards et mousseline céleri rave

Marguerite Restaurant/Bocuse ()

Aumônière de saumon mariné et saumon cuit à la citronnelle

Vinaigrette à la mangue

Marguerite Restaurant/Bocuse ()

Dos de lieu noir croustillant en persillade

Fenouil et pois gourmands au pastis, purée de patates douces à l'huile d'olive

Marguerite Restaurant/Bocuse ()

Parfait glacé menthe chocolat Valrhona

Comme un « After Eight »

Marguerite Restaurant/Bocuse ()

Gaufre grand-mère

Accompagnée de fruits de figues rôties, crème glacée

Ile flottante au citron

Suprême d'agrumes et crème aux fruits de la paission

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut