Sauf imprévu Gagnaire
Viytautas Jankunas

Verdict : Sauf imprévu, c'est plutôt pas mal

Félix Gagnaire (fils de...) a ouvert ce jeudi son restaurant, le Sauf Imprévu. Cuisine de bistro, sobre et sans épate.

Viytautas Jankunas, le chef, à gauche et Félix Gagnaire.  Tim Douet

Viytautas Jankunas, le chef, à gauche et Félix Gagnaire. Tim Douet

Quel que soit l'art, il n'est jamais facile de suivre les traces de son père. Surtout quand le paternel est célébré aux quatre coins de la planète et reconnu pour être un crack.

Félix Gagnaire, 36 ans, est le fils cadet de Pierre, chef triple étoilé de la rue Balzac, à Paris 8e et exporté à Courchevel, Berlin, Londres, Las Vegas, Hong Kong, Moscou, Séoul, Dubaï, Tokyo (ouf !).

Bref. Avec un nom pareil, on est sacrément attendu au tournant. La veille de l'ouverture de son restaurant, Félix Gagnaire nous soufflait d'ailleurs que ce n'était pas forcément la peine de rappeler son ascendance.

La gloire de son père

Sauf qu'ici, entre Rhône et Saône, Gagnaire est tout sauf un inconnu. Le chef à la chevelure en forme d'oignon géant avait tenu, de 1981 à 1996, à deux pas de l'hôtel de ville de Saint-Etienne puis en face de la Cité des antiquaires, l'un des meilleurs restaurants de France, sinon le plus créatif, trois étoiles au point de drisse avec son homard rôti au tilleul et échalotes rôties aux amandes fraiches...

Voilà pour le pedigree.

Mais Félix n'est pas Pierre. "Je ne fais pas du tout la même cuisine que mon père" limite s'excuse-t-il. Comme pour dépassionner le tapage fait autour de son restaurant et, aussi, désacraliser son nom qu'il sait si dur à porter dans la sphère gastronomique.

Dépouillé

D'autant que Félix Gagnaire n'est pas aux pianos... mais en salle. Le chef est un ami rencontré il y a quelques années au restaurant Le Passage, Viytautas Jankunas.

Le cuistot est passé chez Gagnaire père, au pied des pistes de ski, aux Airelles (2 étoiles Michelin), à Courchevel. Puis chez un autre Pierre, Orsi celui-ci (1 macaron), dans le 6e arrondissement de Lyon.

Félix, fils, l'a "débarqué" pour ouvrir son restaurant.

Sauf imprévu, donc. Murs blancs et bleus, dépouillés, chaises et tables en bois. Pas de nappe. Bistro en somme.

Les prix sont encore vacillants. Le service un peu lent. Mais c'est un premier jour.

Bilan : plutôt pas mal. Quelques ajustages inévitables et il n'y aura plus d'imprévus.

On reviendra.

Voilà ce qu'on a déjeuné ce premier jour d'ouverture :

Cocos de Paimpol aux amandes coquillages

Sauf imprévu ()

Pâté de viande Marguerite, oignons au vinaigre de cidre, pain grillé

Sauf imprévu ()

Colin rôti à la peau, fenouil et céleri banche

(et pommes boulangère, dans un plat à gratin séparé)

Sauf imprévu ()

Blanc de poulet fermier en crapaudine, sauce diable

Sauf imprévu ()

Parfait glacé au citron, gelée au Limoncello, pêche pochée

Sauf imprévu ()

> Sauf imprévu

40, rue Pierre Corneille. Lyon 6e04 78 52 16 35

Du lundi au vendredi midi (les soirs et le we sur réservation).

Le menu à 18 euros (entrée/plat ou plat/dessert) ou 21 euros (entrée/plat/dessert)

Entrées
· Champignons de Paris au citron, maïs et haddock fumé
· Cocos de Paimpol aux amandes coquillages
· Pâté de viande Marguerite, oignons au vinaigre de cidre, pain grillé
Plats
· Gratin de penne aux poireaux
· Colin rôti à la peau, fenouil et célri banche
· Blanc de poulet fermier en crapaudine, sauce diable
Desserts
· Crumble de poires caramélisées, soupe de chocolat noir
· Tarte aux figues, sirop rosé
· Parfait glacé au citron, gelée au Limoncello, pêche pochée
à lire également
Le lundi 11 mai, c'est le grand jour. C'est le début du déconfinement à Lyon, après deux mois de confinement. Mais tout ne sera pas ouvert, tout ne sera pas possible. Il faudra rester prudent, respecter les distances de sécurité. Tour d'horizon de ce qui sera ouvert à Lyon le lundi 11, de ce qui va ouvrir progressivement dans la semaine, de ce qui restera fermé encore un moment.
Faire défiler vers le haut