Projet L’ÎLE Ô

[1/4] Projet urbanistique à Lyon : l'Île Ô, théâtre flottant du Rhône, bientôt arrivé à bon port ?

Les travaux de l'Île Ô, premier théâtre-bâtiment flottant d'Europe, ont débuté en mars et avancent bien. Les flotteurs, actuellement construits au port Édouard Herriot, doivent être livrés en juillet pour une ouverture de l'édifice flottant à l'automne prochain. Lyon Capitale fait un point d'étape.

À l'automne prochain, les promeneurs lyonnais découvriront un bâtiment unique en France, qui fait partie des grands projets urbanistiques de Lyon qui doivent prendre fin en 2022.

L'Île Ô, premier théâtre flottant d'Europe, dont les travaux ont commencé début mars, doit ouvrir au public en septembre prochain. Un édifice unique et quasi-inédit dans l'Hexagone qui s'élèvera au-dessus du Rhône, sur le quai Claude Bernard, dans le 7e arrondissement de Lyon. À cinq mois de l'ouverture, point d'étape d'un chantier commencé début mars.

©Projet L'Île Ô

Moins d'un an entre le début des travaux et la livraison

Tout s'est accéléré ces derniers mois pour le théâtre pour enfants des berges du Rhône. Il n'aurait même pu ne jamais exister : la majorité écologiste n'a jamais caché sa réticence à urbaniser les fleuves lyonnais. Finalement, le projet est bel et bien lancé au port Édouard Herriot, site de construction de l'édifice flottant.

Le pari est assez risqué : ériger un théâtre flottant de 800 m2 sur le Rhône, en moins d'un an semble ambitieux. Porté par l'architecte néerlandais Koen Olthuis, le pari est en phase d'être réussi et les travaux avancent bien. "Le planning est tenu. L'ouverture du théâtre est toujours prévue pour cet automne", assure Pierre Athanaze, vice-président de la Métropole de Lyon à l'environnement qui rappelle la vocation du bâtiment : "un théâtre pour les jeunes et les enfants de 0 à 15 ans".


"Le planning est tenu. L'ouverture du théâtre est toujours prévu pour cet automne",
Pierre Athanaze, vice-président de la Métropole de Lyon, en charge de l'environnement et des fleuves 


Mais alors, où en est-on à la mi-mai ? "Actuellement les flotteurs sont en cours de construction à Gerland, à l'intérieur du port Édouard Herriot", explique Pierre Athanaze, vice-président en charge des fleuves. Les flotteurs, ce sont cette coque en béton, coulée le 25 avril dernier sur le port par des entreprises spécialisées. C'est grâce à 12 heures de travail, trois camions-toupies et 150 m3 de béton que "cette délicate opération" a pu arriver à son terme.

Projet L’ÎLE Ô

Deux amphithéâtres

La suite ? Lors de la première semaine de juillet, la coque en béton sera transportée par voie navigable jusqu'à la berge ou se tiendra le premier bâtiment-théâtre flottant d'Europe. Dès lors, la construction du bâtiment, sur les flotteurs, pourra démarrer "dès juillet", assure Pierre Athanaze. L'édifice, qui se veut respectueux de l'environnement, sera alors installé quai Claude Bernard, dans le 7e arrondissement de Lyon, au niveau du pont Gallieni.


"La structure va être en bois et en aluminium",
Pierre Athanaze, vice-président de la Métropole


Finalement, les artisans pourront s'atteler à la construction du bâtiment en lui-même. "La structure va être en bois et en aluminium". Un édifice dans lequel les visiteurs et promeneurs pourront trouver un grand amphithéâtre de 250 places, un plus petit de 80 places, 170 m2 d'espaces de formations et ateliers artistiques et un rooftop de 150 m2. Par ailleurs, des événements allant jusqu'à 250 personnes pourront être organisés.

L'Île Ô, un bâtiment en lien avec l'environnement

Pour rappel, le théâtre flottant représente un investissement de 2,6 millions d'euros, majoritairement financé par le secteur privé. Les promoteurs, l’équipe du Patadôme d’Irigny, ont souhaité être respectueux de l'environnement dans les matières utilisées. "Les flotteurs sont effectivement en béton mais cela représente un avantage : le béton est neutre et dans l'eau il ne va pas dégager de substances toxiques". La force de l'eau va également être utilisée pour le fonctionnement du théâtre. "Tout ce qui sert à monter et à descendre les décors d'un théâtre sera fait grâce à l'eau du Rhône", sourit Pierre Athanaze. "Ce n'est pas seulement un bâtiment qui est posé sur le Rhône. C'est un bâtiment qui va vivre avec le Rhône", résume le vice-président à la Métropole.

L'intérêt d'un bâtiment flottant ? "Rapprocher les Lyonnais du Rhône dans un premier temps" commence Pierre Athanaze. Mais ça n'est pas tout : "Si un jour ce bâtiment n'a plus de fonction, on peut le déplacer, l'emmener au port et on est capable de le démonter", explique-t-il tout en nuançant : "ce n'est pas vraiment envisagé".

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut