6 minutes chrono avec Jean-Yves Grall, directeur de l'ARS : "une diminution assez nette depuis 2/3 jours (du nombre de cas de covid-19)" dans le Rhône

Jean-Yves Grall, le directeur de l'Agence régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes, est l'invité de l'émission 6 Minutes Chrono sur Lyon Capitale. Le directeur de l'ARS fait le point sur la situation épidémique dans le Rhône et dans la région. Et notamment sur la tension, toujours très forte, dans les hôpitaux d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Enfin, une bonne nouvelle sur le front épidémique. Jean-Yves Grall, le directeur de l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes était l'invité ce lundi 19 avril de l'émission 6 minutes chrono sur Lyon Capitale.

"Après une phase de montée importante du taux d'incidence, depuis deux à trois jours on voit une diminution assez nette du taux d'incidence dans le Rhône et dans la région, il est passé de 520 à 438 dans le Rhône", explique le directeur de l'Agence régionale de santé.

La circulation du virus à l'instant t sur un territoire se mesure grâce au taux d'incidence. Les décideurs ont les yeux rivés dessus. C'est un indicateur clé. Le taux d'incidence détermine le nombre de cas positifs sur les 7 derniers jours pour 100 000 habitants. Sur une semaine glissante. C'est un très bon moyen de mesurer le degré de circulation du virus, à un instant t, sur un territoire.

"On est encore à un niveau (de circulation du virus) élevé, à un niveau qui engendre des hospitalisations en nombre, mais qui s'améliore. Les mesures qui ont été prises ont permis d'aboutir à ce résultat. Mais il est encore incomplet. Il ne faut pas baisser la garde", assure-t-il.

Près de 2 fois plus de lits de réanimation "ouverts" dans la région

Signe de la tension, encore très forte, dans les hôpitaux de la région, près de 1000 lits de réanimations sont "armés" actuellement (contre 559 en temps normal). Actuellement, toutes les opérations non urgentes sont déprogrammées dans tous les hôpitaux de la région. Monsieur Grall explique pourquoi dans "6 minutes chrono".

Jean-Yves Grall est également revenu sur la défiance envers le vaccin AstraZeneca. De nombreux Français refusent de se faire vacciner avec ce vaccin. "AstraZeneca ? Il faut rappeler que c'est une vaccination qui donne de bons résultats. Le covid-19, c'est à peu près 300 décès quotidiens en France. Et le nombre d'effets secondaires graves est relativement modeste suite au vaccin AstraZeneca avec 15 formes graves sur 430 000 vaccinations dans la région", poursuit le directeur de l'ARS. Dans la région, 1 500 000 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin, sur 8 000 000 d'habitants. Soit 18,5 %.

Faire défiler vers le haut