Tourisme
© tim douet

Fête des Lumières annulée : quelles conséquences sur l’hôtellerie ?

Habitué à recevoir plusieurs milliers de personnes à l’occasion de la Fête des lumières, le secteur hôtelier de Lyon a vu ses chiffres de fréquentation à la baisse en décembre 2015.

Les attentats de Paris ont eu raison de la Fête des lumières à Lyon en décembre. Par ricochet, ils ont aussi porté un coup à l'économie du secteur de l'hôtellerie lyonnais. D'après la chambre de commerce et d’industrie (CCI), l'annulation de la Fête des lumières est responsable de la “forte chute de fréquentation dans les hôtels lyonnais”. Sur la période du 4 au 8 décembre, les chiffres de la CCI indiquent en effet une baisse des performances des établissements lyonnais entre 2014 et 2015.

Des prix bas pour relancer la fréquentation ?

Sur les 4 jours de l’événement d'envergure internationale, la fréquentation des hôtels lyonnais a baissé de 32,5 % par rapport à l'année précédente. Pour relancer l'affluence, les établissements ont baissé leurs prix de 22,1 %. En vain. La baisse de fréquentation s'est prolongée pendant tout le mois de décembre, notamment au niveau du taux d'occupation des chambres (-10,2 %).

Parmi les établissements les plus touchés par cette baisse, on note les hôtels 4 et 5 étoiles, suivis par ceux de 3 et 2 étoiles. En revanche, les établissements d'une seule étoile ont vu une légère augmentation de leur fréquentation (+1,5 % par rapport à décembre 2014).

À l'échelle de l'année, le taux d'occupation des hôtels lyonnais est de 65 % et les prix ont monté en moyenne de 2 %. Pour la CCI, 2015 demeure donc une “bonne année”. Sur toute la région Auvergne-Rhône-Alpes, l'activité hôtelière reste l'un des rares secteurs à voir ses chiffres à la hausse, comme l'indique la dernière étude de l'Insee.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut