Indiscrétions

avant de démissionner pour cause de cumul avec la présidence du Conseil général. Mais dans un courrier aux habitants de sa commune, il semble prendre l’engagement de quitter le département avant la fin de l’année, pour reprendre les rênes de Thizy. Nouveau coup de bluff ? Ou vrai départ ? Avec Mercier, on ne peut que se perdre en conjectures. Et se rappeler qu’il y aura peut-être un remaniement ministériel à l’issue de la présidence de la France de l’Union Européenne, en décembre prochain... L’occasion pour Mercier d’obtenir un gros ministère, en offrant en échange le conseil général à Dominique Perben ou un autre UMP ?

Fouille-merde recasé aux crottes
Étienne Tête était las de jouer les “fouilles-merde", pour déjouer les pièges des marchés publics... Il espérait une fonction plus intéressante, on lui avait promis la coopération décentralisée. Mais Collomb l’a finalement recasé comme “adjoint aux crottes de chien". Sa mini-délégation comprend en outre les tags, les jardins de poche et les cimetières". Avec aucune chance de rattrapage au Grand Lyon, puisqu’il n’y sera même plus élu.

Collomb (re)soutient Ségolène
En 2006, Gérard Collomb avait été l’un des premiers à lâcher DSK pour Ségolène Royal... avant de prendre ses distances en pleine campagne, devant la débâcle annoncée. Sur le plateau de France 2 dimanche, il a semblé prêt à renouer avec elle, indiquant : “Si elle donne cette image, d’être la plus à même de faire en sorte que le parti socialiste soit le parti d’avenir du XXIe siècle, de l’innovation, de la création, de l’invention de la société du futur, alors oui elle aura toutes ses chances pour être candidate".

à lire également
Assurant que son parti ne “troquera jamais ses valeurs contre un mandat”, Stanislas Guérini, le patron d'En Marche a demandé la désinvestiture de Yann Cucherat à Lyon après l'accord entre Gérard Collomb et la droite locale. 

Indiscrétions

Peu de chance que cela incite Collomb à Lyon et Bret à Villeurbanne à renoncer aux hausses "modérées" qu'ils ont annoncé pendant la campagne.

Pas de milloniste à l'exécutif du Grand-Lyon
On entendait ici et là que Gérard Collomb était tenté de pratiquer une si large ouverture au sein de l'exécutif du Grand-Lyon qu'il était prêt à confier une vice-présidence à l'ex-milloniste Christian Barthélémy. Démenti du maire et président du Grand-Lyon : "J'aime beaucoup la vision de l'agglomération que développe et défend Christian Barthélémy, mais pas au point de lui confier une vice-présidence" nous a-t-il confié.

Touraine soucieux de la presse
Jeudi 20 mars, la Villa Gillet accueillait Edwy Plenel et Sylvain Bourmeau, du nouveau journal en ligne Médiapart et le philosophe Bernard Stiegler sur le thème "l'indépendance de la presse, un enjeu démocratique". Dans la salle, un élu : le Premier adjoint du maire de Lyon, Jean-Louis Touraine, qui se disait "très préoccupé par le sujet". On espère qu'il sensibilisera ses collègues et son maire à cette question.

Un socialiste sur deux est un élu !
Citant une enquête parue dans son web-journal Médiapart, Edwy Plenel indiquait, lors du même débat à la Villa Gillet, que le PS avait perdu 42 % de ses adhérents en une année. "Au vu des résultats obtenus par les listes socialistes aux dernières élections, cela veut dire que désormais, un socialiste sur deux est un élu !" s'amusait le journaliste.

à lire également
Assurant que son parti ne “troquera jamais ses valeurs contre un mandat”, Stanislas Guérini, le patron d'En Marche a demandé la désinvestiture de Yann Cucherat à Lyon après l'accord entre Gérard Collomb et la droite locale. 
Faire défiler vers le haut