“Jeunes en vacances” : la région à l’aide des jeunes !

Le dispositif mis en place par la région Rhône-Alpes à l’hiver 2013 a pour objectif d’aider 500 jeunes de la région à partir en vacances cette année, en ne déboursant que 50 euros. Il est encore possible de s’inscrire jusqu’au mois d’octobre pour pouvoir bénéficier de cette initiative sociale et solidaire.

Durant une semaine et pour la somme de 50 euros, 240 vacanciers de 16 à 25 ans ont séjourné dans la région pendant l’été 2013. Seul le transport était à leur charge, l’hébergement et les activités étant offertes par le dispositif “Jeunes en vacances” du conseil régional. 25 autres bénéficiaires, partis mais non éligibles, ont profité de tarifs préférentiels et déboursé 350 euros maximum pour voyager dans les 38 établissements partenaires.

Un projet unique en France

Donner un “petit coup de pouce”. Telle était la volonté de la conseillère régionale Claude Comet, déléguée au tourisme et à la montagne, lorsqu’elle a débuté son mandat en 2010. Antoine Fatiga, conseiller régional et vice-président de Rhône-Alpes Tourisme, en charge du tourisme social et solidaire, insiste sur l’importance d’une “double réflexion”  : aider au départ des jeunes en vacances et donner envie de partir dans la région.

L’initiative de tourisme social et solidaire “Jeunes en vacances” voit donc le jour durant l’été 2013 avec l’aide de l’Association nationale Chèques-Vacances (ANCV). “Les partenaires doivent jouer le jeu, car l’opération représente un poids financier lourd pour la région”, assure Claude Comet. Auparavant, il existait plusieurs projets, plusieurs organismes, sans coordination et sans grand succès non plus. C’est l’Union nationale des associations de tourisme (Unat) de la région qui organise les séjours.

Revaloriser la montagne”

L’initiative a été proposée aux centres de vacances. Et, “surprise !”, ils sont nombreux à se montrer intéressés par ce projet “unique en France”, comme le souligne Claude Comet. Les hébergeurs concèdent eux aussi des efforts tarifaires, qui, ajoutés aux subventions de la région et des partenaires, permettent ces départs à bas coût.L’an dernier, les 23 hébergeurs ont noté des “retours positifs”. De l’Ardèche à Annecy, en passant par Les Arcs, au catalogue des destinations figurent de nombreux villages d’altitude. Car, au-delà d’une démarche sociale, axée sur l’autonomie des vacanciers, l’initiative s’inscrit aussi dans la volonté de revaloriser la montagne.

Habituellement, la demande est plutôt concentrée sur la plage et les stations balnéaires durant la période estivale. Le dispositif du conseil régional “permet donc de développer le tourisme montagnard”, rappelle Sarah Begue, chargée de mission Aide au départ en vacances à l’Unat. Claude Comet explique une partie du soutien complet de la région par cette “orientation montagnarde”. Il est important de modifier l’image de la montagne en été chez les jeunes – “On va s’ennuyer !” “Il est primordial de faire découvrir aux Rhônalpins leur région, c’est une réelle plus-value”, souligne Antoine Fatiga.

Ancrer dans l’esprit des jeunes le dispositif”

Claude Comet reconnaît qu’“il y a encore du boulot à faire pour toucher les jeunes. Il faut mieux cibler les propositions d’aide au départ”. Principal frein : l’information, “porter le dispositif à la connaissance du jeune”. Antoine Fatiga admet que le dispositif “n’est pas encore arrivé à pénétrer les circuits de communication du jeune”. Pour Sarah Begue, l’objectif est donc de communiquer auprès des mairies, des MJC, des associations et structures en lien avec la jeunesse afin d’installer durablement le projet. Malgré des “chiffres modestes l’an dernier”, Antoine Fatiga reste ambitieux, “car cette année les objectifs vont être dépassés”.

En 2013, 100 % des vacanciers se sont dit heureux de cette expérience dans le rapport de satisfaction qu’ils doivent remplir à leur retour. 164 personnes ont pu profiter d’un séjour cet hiver et 359 sont déjà inscrits pour la saison estivale. L’occasion pour ces jeunes bénéficiaires d’acquérir peut-être une “culture vacances” sans quitter leur région.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut