Le stationnement payant augmente et s’étend à Lyon

À compter du 1er février, l’abonnement mensuel pour le stationnement résident a augmenté de 25 % à Lyon. Dans un même temps, les aires de stationnement payant s’étendent.

Depuis ce dimanche, le prix de l'abonnement mensuel pour le stationnement résident à Lyon a augmenté de 25 %. Il est désormais de 20 euros, contre 16 auparavant. Les tarifications journalière et hebdomadaire restent inchangées, à 2 et 6 euros.

La dernière augmentation du tarif mensuel datait de 2009. "La redéfinition des tarifs de stationnement résidentiel s’inscrit notamment dans une démarche de cohérence des politiques tarifaires de stationnement pratiquées sur voirie et dans les parcs en ouvrage, mais aussi avec les offres de mobilité alternatives développées", détaille la délibération qui entérine cette augmentation.

Collomb vise 20,5 % de bénéfices en 2015

Mais l’intérêt est également financier pour la ville, qui souhaite voir passer ses recettes liées aux droits de stationnement de 12,7 millions d'euros en 2014 à 15,3 millions en 2015. Soit une augmentation de près de 20,5 %.

Pour atteindre cet objectif, Gérard Collomb mise sur "l'amélioration des moyens de recouvrement des droits de stationnement", tels les horodateurs équipés de terminaux à carte de crédit "sans contact".

127 nouvelles places payantes

Mais ce n'est pas tout, puisque les aires de stationnement payant devraient continuer de s'étendre. Courant février, 127 places en voirie deviendront payantes dans le 4e arrondissement, sur le quai Gillet, et 30 dans le 9e arrondissement, à proximité de la Gare d'Eau. Le passage au stationnement tarifé se fera en même temps sur les deux secteurs.

Pour Jean-Yves Sécheresse, l'adjoint au maire en charge des déplacements, cette démarche va dans le sens d'une politique de déplacement favorisant des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle, donc plus vertueux en termes de lutte contre la pollution”.

D'après l'adjoint, une étude menée en 2010 a permis de repérer la présence dans le secteur de véhicules pendulaires, c'est-à-dire qui effectuent un trajet domicile-travail.

Mais la zone payante pourrait bien s'étendre un peu plus au sud. Le plan de stationnement payant 2015 pour la ville de Lyon étudiera la possibilité de mettre également fin à la gratuité entre le pont Georges-Clemenceau et les Subsistances.

à lire également
Interview - Lors d'une réunion de la commission générale du Sytral sur la rupture du contrat Rhônexpress, le maire de Lyon, Gérard Collomb a une nouvelle fois plaidé pour une médiation. Le président de la métropole David Kimelfeld, qui souhaite la fin de la concession, a aujourd'hui le sentiment que certains "cherchent à gagner du temps".
Faire défiler vers le haut