Lyon : vers la liquidation de l’usine Cenntro Motors ?

Le groupe américain propriétaire de l’ex-SITL a annoncé se retirer de l’affaire. Si un repreneur n’est pas trouvé avant le 29 octobre, tous les salariés (près de 400) seront licenciés.

Le groupe américain Cenntro Motors, propriétaire de l'ancienne usine de lave-linge reconvertie dans les véhicules électriques, a annoncé qu'il se désengageait finalement de l'affaire. Un nouveau repreneur doit être trouvé avant le 29 octobre sous peine de voir l'entreprise de la rue Challemel-Lacour (Lyon 7e) liquidée et près de 400 salariés licenciés.

Début septembre, Cenntro Motors a pourtant réussi à éviter la liquidation en versant 1,2 million d'euros, juste avant une audience devant le tribunal de commerce. Mais ce sauvetage in extremis s'est accompagné d'un plan de suppression de 263 emplois, déjà annoncé en juin. Le directeur de Cenntro Motors France, Didier Verrieste, avait alors assuré que l'usine de Gerland, réduite à 120 salariés, serait bientôt prête à fabriquer des filtres à eau et des véhicules électriques, évoquant des "commandes fermes" et un premier client dont le nom n'avait pas filtré.

10 millions d’euros d’argent public

Ancienne usine de lave-linge FagorBrandt reconvertie dans les véhicules électriques, la société, déjà renommée SITL, avait été reprise en 2013 par un homme d'affaire sino-américain, Peter Wang. Patron de la société Cenntro Motors, il avait bénéficié du soutien des pouvoirs publics français (10 millions d'euros d'argent public ont été versés dans cette affaire) pour recentrer l'usine sur les "cleantechs", notamment les véhicules utilitaires électriques. Mais les investissements annoncés se sont fait attendre et l'entreprise a été placée en redressement judiciaire en avril 2015.

Le coup est dur pour les salariés de l'entreprise, pour la plupart au chômage partiel depuis deux ans, qui réclament également le versement de leurs dernières paies.

à lire également
David Kimelfeld © Antoine Merlet
Le président de la métropole, candidat sans étiquettes à sa propre succession, présentait ce lundi matin ses mesures sociales. Un champ d’action de la collectivité qui lui a permis de cultiver ses différences avec Gérard Collomb.
1 commentaire
  1. Robes Pierre - 19 octobre 2015

    10 millions d'euros d'argent public 'escroqué' ça ne mériterai pas quelques chemises arrachées ??

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut