METEO FINANCIERE

La température des marchés financiers, indicateur d'inquiétude, a en effet fortement progressé en fin de semaine passée pour venir flirter avec les niveaux du début du mois d'août.

Interrogé par le journal Le Monde, l'économiste Léonid Hurwicz, prix Nobel d'Economie 2007, déclarait la semaine dernière : "Tout ce que je sais en économie, je l'ai appris par l'écoute et l'observation." Cet économiste de 90 ans avait été l'un des premiers critiques scientifiques en 1945 à souligner la portée des travaux de deux autres émigrés européens installés aux Etats-Unis : John Von Neumann (1903-1957), mathématicien de génie d'origine hongroise, qui deviendra plus tard l'un des inventeurs de l'ordinateur et qui participera avec Albert Einstein au projet Manhattan (nom de code du projet de recherche sur la bombe atomique américaine), et Oskar Morgenstern (1902-1977), économiste d'origine autrichienne.

Apprendre à distinguer l'information significative du bruit chaotique

Ces deux scientifiques soulignaient déjà dans les années 40 la nécessité d'apprendre en premier lieu à observer l'activité économique humaine, apprendre à distinguer l'information significative du bruit chaotique, créer des instruments de mesure et de détection de signaux persistants comme l'astronomie a appris à construire des observatoires permettant d'observer le visible mais également au delà du visible les ondes dans l'infrarouge ou l'ultraviolet.

Dans un impressionnant traité intitulé "Théorie des jeux et comportement économique", les deux scientifiques soulignaient en effet : "les supports de l'expérience empirique en science économique sont très insuffisants. Il aurait été vain d'attendre de la physique qu'elle permette l'éclosion des lois de Kepler ou de Newton sans le travail immense d'observation de Tycho Brahe — et il n'y a pas de raison d'espérer de développement plus facile en Economie".
Que nous disent aujourd'hui les télescopes modernes de l'économie ? Peut-on non seulement observer les "positions" des marchés boursiers mais aussi leur vitesse, énergie, ou plus généralement les interactions entre particules financières ? Y-a-t-il un équivalent du principe d'incertitude d'Heisenberg en finance ?

à lire également
Pierre-Yves Gomez © Antoine Merlet
Pierre-Yves Gomez est économiste, essayiste et professeur à l’EM Lyon, où il dirige l’Institut français de gouvernement des entreprises. Dans L’Esprit malin du capitalisme (Desclée de Brouwer, 2019), il montre comment le capitalisme s’approprie tous les aspects de notre existence et dans quelle mesure il influence nos modes de vie. Entretien.
Faire défiler vers le haut