Capture d’écran 2014-05-20 à 15.56.09
J.F. Marin/Opac du Rhône

Maintien à domicile : l’Opac s’appuie sur le numérique

INTERVIEW – Alors qu’“un locataire sur trois” aura bientôt plus de 65 ans à l’Opac du Rhône, Mireille Ducarre-Dubouis (directrice des services clients) a introduit les nouvelles technologies du numérique à leur domicile pour les aider à “bien vieillir”. Un programme européen qui, espère-t-elle, va se pérenniser. Explications.

Lyon Capitale : Quelle est la part de personnes âgées dans le parc de logements sociaux de l’Opac du Rhône ?

Mireille Ducarre-Dubouis : Sur les 36 000 logements et plus de 90 000 locataires que compte l'Opac du Rhône, plus de 8 000 sont concernés par la transition démographique. Un locataire sur quatre a plus de 65 ans et 9 % ont plus de 80 ans. Un tiers de nos locataires aura plus de 65 ans dans les dix à quinze prochaines années.

Vos logements sont-ils suffisamment adaptés à la demande des seniors ?

Depuis quinze ans, nous avons adapté notre parc. Plus de 1 500 logements ont été rénovés à la demande de nos locataires. Des travaux qui consistent par exemple à remplacer une baignoire par une douche et qui représentent un budget moyen par logement de 5 000 euros.

Mais il nous faut aussi répondre à la demande de plus en plus nombreuse des personnes âgées qui veulent bénéficier d'un logement social. Une demande en hausse d'un point chaque année dans le fichier commun de la demande locative du Rhône. Pour ce faire, nous construisons chaque année 600 à 700 logements nouveaux, dont 20 % sont systématiquement adaptés aux besoins des seniors. Un programme en application de la Charte Rhône+, mise en place par le conseil général en 2010.

Les nouveaux demandeurs âgés sont surtout des femmes de plus de 65 ans qui se retrouvent en situation de veuvage et qui souhaitent quitter leur maison pour rejoindre un logement social à proximité des centres urbains.

Pour favoriser le maintien à domicile de vos locataires âgés, vous misez sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication. En ce sens, vous avez récemment participé à un projet européen, Host. Quelles en sont les perspectives ?

Nous avons en effet participé jusqu'en mars au programme européen Host, en lien avec nos amis anglais. Nous étions d'ailleurs chefs de file de ce programme européen. Celui-ci nous a donné l'opportunité d'introduire au domicile de nos locataires âgés, pour soixante d'entre eux, des tablettes numériques, sous forme de test. Deux applications ont été codésignées avec eux, Host.fr et Host.org, un réseau social et un agenda électronique qui ont permis notamment de mettre en place une interface en lien avec les aidants à domicile.

L'expérimentation a pris fin courant mars et nous cherchons maintenant un modèle économique qui nous permette de pérenniser cette offre, en lien avec des partenaires industriels et économiques. Notre objectif est d'offrir un bouquet de services numériques à nos locataires âgés.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut