sunmoovvv

Sunmoov’ : fin de l’expérimentation pour le service d'autopartage

Clap de fin pour Sunmoov,’ le service d’autopartage de voitures électriques destiné aux habitants du quartier de Confluence.

Depuis le 31 décembre dernier, la trentaine de voitures du système d'autopartage Sunmoov' a été rendue. Une fin logique pour un service qui n'a jamais convaincu et dont nous annoncions la fin programmée dès le printemps 2015. Sunmoov' reposait sur l’énergie produite par les immeubles pour alimenter les voitures.

Deux ans seulement après son lancement en octobre 2013, en partenariat avec la Métropole de Lyon, le Nedo, l'équivalent de l'ARCEP au Japon, ainsi que Toshiba, Sunmoov’ n’a pas réussi atteindre ses objectifs. Il comptait seulement 200 inscrits. Destiné en priorité aux salariés et entreprises du quartier du 2e arrondissement, il avait surtout convaincu les particuliers qui constituaient 90 % des abonnés.

Des défauts de naissance difficiles à surmonter

Sunmoov’ a pâti de nombreux défauts de naissance. Ses stations n'étaient installées qu'à Confluence et il était obligatoire de ramener sa voiture au point de départ, bref tout l'inverse du modèle "one-way" popularisé par Vélo'v. La forte concurrence d'autres services d’autopartage comme Autolib’, Bluely ou Citiz a fini d'achever Sunmoov'.

Sa disparition devrait cependant mettre fin à une situation gênante pour le développement de l'autopartage à Lyon. Pour protéger Sunmoov', Bluely n'avait pas le droit d'avoir des stations à Confluence. C'est désormais à la Métropole lyonnaise de décider ce que deviendront les infrastructures de Sunmoov' : bornes de recharge pour les véhicules électriques des particuliers ou bien stations pour les autres services concurrents.

Sunmoov' est donc le deuxième service d'autopartage à fermer à Lyon, après la disparition de Car2Go en 2012. Pas simple de reproduire la réussite de Vélo'v avec des voitures.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut