Capture d’écran 2012-08-22 à 15.57.20

Accident place Bellecour : une incohérence intrigue les témoins

Capture d’écran 2012-08-22 à 15.57.20 ()

L'un des principaux témoins de l'accident qui a couté la vie à un conducteur de scooter de 19 ans, samedi 18 août, place Bellecour (Lyon 2e), raconte ce qu'elle a vu sur Lyon capitale.fr. Elle ne comprend pas pourquoi le Parquet a retenu le chef d'inculpation le plus large pour le chauffeur du bus qui conduisait l'engin qui a écrasé le jeune homme.

(Article actualisé à 10h19 le 23 août).

La cinquantaine, commerçante lyonnaise, elle se trouvait place Bellecour au moment des faits samedi 18 août. Elle suivait le jeune conducteur des yeux sur son scooter : "Il faisait la course entre les voitures avec un ami, raconte-t-elle. Ils conduisaient très vite, j'avais peur pour eux. Au moment de doubler une voiture par la droite, il regardait son copain derrière et n'a pas vu la bordure arrondie qui séparait la voie des bus de la route, c'est là qu'il est tombé. Le scooter est resté sur place, lui a glissé sous les roues du bus qui passait à ce moment là. Il lui a roulé dessus sans s’arrêter". Elle explique : "le bus était presque vide et aucun des passagers n'a bougé. C'était un bus accordéon de 18 mètres de long et le jeune homme est passé sous les roues arrières". Depuis samedi, des fleurs ont été déposées en souvenir du jeune homme à proximité du lieu de l'accident (c.f : photo ci-dessous). Une marche blanche est prévue jeudi 23 août à 16h au départ de Grange-Blanche et en direction de Bellecour.

"Cela aurait pu arriver à n'importe quel chauffeur "

Capture d’écran 2012-08-22 à 16.00.14 ()

Selon Kéolis, exploitant des transports en commun lyonnais, un enregistrement vidéo prouve que le chauffeur a vu l'attroupement se créer sur la place mais qu'il n'a pas compris qu'il en était à l'origine. Un chauffeur de la ligne C20 témoigne en effet que "sur ce genre de bus on ne sent pas les chocs à l'arrière. Surtout dans cette zone où il est fréquent de passer sur la bande arrondie. Cela aurait pu arriver à n'importe quel chauffeur", explique le collègue du mis en cause. Un conducteur de bus privé refuse de croire à cette hypothèse, il dénonce « les comportements abusifs et jamais punis » des chauffeurs TCL. Toutefois, lui-même ne conduit pas de bus d'une telle longueur. Mardi 21 août, le procureur de Lyon a mis en examen le conducteur pour "homicide involontaire" et "délit de fuite", les chefs d'inculpation les plus larges possibles. La commerçante qui a assisté à la scène ne comprend pas. Elle ne voudrait pas que le chauffeur soit "victime d'une injustice".

"L'instruction peut encore aboutir à un non-lieu"

Un avocat pénaliste qui a défendu à plusieurs reprises ce genre d'affaires explique : "en l'espèce nous partons de suspicions, il est donc normal de retenir le chef d'inculpation le plus large pour mener l'enquête de la manière la plus approfondie possible. Cela ne veut pas dire que d'autres preuves existent pour appuyer l'hypothèse d'un délit de fuite. L'enquête peut toujours aboutir à un non-lieu." A notre connaissance, la justice a recueilli un seul témoignage, celui de la commerçante, après l'accident place Bellecour. Le juge espère maintenant que d'autres personnes se manifesteront pour éclairer cette affaire, notamment les passagers du bus.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut