Ascenseur social : arrêtons l'hypocrisie !

De fait, le seul ascenseur social existant est le parcours d'études : la réussite sociale, c'est un haut niveau d'études atteint ! Du coup, on entend ici et là que pour réparer l'ascenseur social, il faudrait assurer la réussite scolaire de TOUS et que l'objectif serait l'accession d'un fort pourcentage d'une classe d'âge à bac+. Ridicule ! Tout d'abord, on a vu les limites de ce genre de raisonnement pour le bac : le bac n'a plus de valeur. Ensuite, même si 100 jeunes atteignaient cet objectif au lieu de 2 auparavant, s'il n'y a qu'un seul poste, on aurait quand même 99 jeunes sur le carreau. Et oui, la pyramide des emplois c'est " peu d'emplois en haut, beaucoup d'emplois en bas ". En conclusion, étudier est bien un ascenseur social, mais arrêtons de faire croire que ça marche pour tout le monde, les postes ne se créent pas par magie : il faut donc garder notre système de sélection par concours, et limiter le nombre d'étudiants accédant au haut niveau. Par contre, en parallèle, il est temps de réévaluer les salaires : si tout emploi permet de gagner correctement sa vie, moins de gens auront la tentation du miroir aux alouettes des études longues. Ensuite, il faut permettre aux gens de se tromper : quelqu'un qui perd son boulot ou simplement veut changer de voie doit pouvoir facilement se réorienter et trouver les formations adéquates. Enfin, il faut renforcer les dispositifs de reconnaissance de l'expérience professionnelle, car cet ascenseur social s'est peu à peu transformé en escalier désaffecté. Affirmons le bien fort, l'ascenseur par les études a et continuera à n'avoir que peu d'élus. Aussi, permettre aux gens de progresser dans l'échelle sociale tout au long de leur vie, c'est là le véritable enjeu. Voilà un chantier socialiste très concret et qui intéressera l'ensemble des français.

Corinne Arquillière

http://volksgallery.free.fr

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut