index

Bidonville de Bron : Médecins du monde n'y était pas

L'ONG lyonnaise n'a pas été empêchée d'entrer sur le bidonville de Bron vendredi dernier, au moment de l'expulsion. Contrairement à ce que nous avons écrit, ils n'étaient pas présents sur le site ce jour-là.

Nos informations étaient donc erronées, et nous les corrigeons ce mardi suite au courriel envoyé par l'association Médecins du monde de Lyon qui nous a écrit hier. Aucun de leur représentant n'était présent sur le camp de Roms de Bron, derrière l'hôpital Femme-mère-enfant, vendredi 8 août. "Nous n'étions pas sur les lieux ce jour-là et personne ne nous a donc empêché d'entrer", corrige une représentante locale, joint par téléphone ce matin.

Elle précise que le camp de Roms était néanmoins suivi par les membres de son association, à raison d'une visite tous les quinze jours en moyenne. Vendredi 8 août, le préfet délégué à la défense et à la sécurité du Rhône, Stéphane Rouvet, a décidé d'expulser le camp, pour des raisons de sécurité. 120 personnes y avaient trouvé refuge, vivant dans de petites cabanes en bois construites de leurs mains. Suite à cette fausse information publiée initialement dans l'article consacré à cette expulsion (lire ici), la Ligue des Droits de l'homme de Villeurbanne/Lyon Est, induite en erreur, a réagi en écrivant qu'elle "ne [comprenait] pas l’interdiction faite à Médecins du Monde d’entrer sur le terrain pendant l’expulsion" (communiqué envoyé le 8 août).

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut