(Photo by PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Burkini : Wauquiez coupe toutes les subventions à la ville de Grenoble

Le conseil municipal de Grenoble a autorisé lundi soir le port du burkini dans les piscines de la ville. Laurent Wauquiez n'a pas tardé à réagir.

Il avait prévenu. Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, n'a pas tardé à réagir.

Lundi 16 mai, le conseil municipal de Grenoble a adopté une délibération prévoyant de modifier le règlement des piscines de la Ville. Le nouveau règlement autorise le port du burkini dans les piscines grenobloises (lire ici).

"En autorisant le port du burkini dans les piscines municipales, Eric Piolle acte définitivement sa rupture avec la laïcité et les valeurs de notre République. Face à ce séparatisme et comme je l'avais promis, la Région cesse immédiatement toute subvention à la mairie de Grenoble", a immédiatement réagi Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dans un tweet.

Dans un communiqué de presse, il a ajouté : "Cette délibération votée aujourd’hui par le maire de Grenoble, Eric Piolle, marque une inquiétante dérive et un vrai retour en arrière. Elle promeut, en rupture totale avec toutes les valeurs de la République, un signe de soumission de la femme, un symbole de l’islam politique. Je ne détournerai pas le regard, cette décision n’est pas anodine. Elle est le signe d’un pacte avec l’islam politique. Nous ne serons pas complices de cette manœuvre de soumission".

"La Région restera engagée auprès des acteurs du territoire grenoblois, dont notamment entrepreneurs et commerçants"

Wauquiez précise que la Région va cesser "toute collaboration avec le maire de Grenoble, averti à plusieurs reprises des conséquences de son obstination. Tout n’est pas acceptable dans la République française. Ce n’est pas le chemin que nous voulons pour notre République. La Région Auvergne-Rhône-Alpes restera engagée auprès des acteurs du territoire grenoblois, dont notamment entrepreneurs et commerçants".

En amont du vote, le Préfet de l'Isère avait indiqué de son côté qu'il saisirait "le tribunal administratif de Grenoble en cas d’adoption de cette délibération par le biais d’un référé laïcité en vue d’en obtenir la suspension, en complément du déféré d’annulation".

Lire aussi : Le burkini bientôt autorisé dans les piscines de Grenoble, le préfet prêt à saisir le tribunal

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut