Centrale du Bugey : le réacteur 4 apte au service, même si...

Le réacteur numéro 4 de la centrale du Bugey peut continuer à fonctionner, même si l'Autorité de sureté nucléaire a adressé quelques recommandations à EDF.

Bon pour le service ! Après le troisième examen de sureté décennal du réacteur n°4 de la centrale nucléaire du Bugey, l'Autorité de sureté nucléaire (ASN) a annoncé ne pas avoir d'objection à la poursuite de son fonctionnement. Le contrôle effectué portait sur deux aspects : un examen de conformité pour vérifier que les normes sont pleinement respectées, et une évaluation de sureté prenant en compte l'évolution des connaissances et le retour d'expérience national et international.

Et c'est sur ce point de la sécurié notamment qu'EDF s'est vu adresser des recommandations de la part de l'ASN. D’une manière générale, la conception identique du réacteur n°2 et du réacteur n°4 de la centrale du Bugey a conduit l’ASN à imposer au réacteur n°4 des prescriptions techniques semblables à celles du réacteur n°2 avec tout de même quelques prescriptions spécifiques. "Par ailleurs, la décision de l’ASN du 25 juillet 2013 pour le réacteur n°4 de la centrale nucléaire du Bugey prend en compte les premiers enseignements de l’accident de Fukushima Daiichi et les conclusions des évaluations complémentaires de sûreté menées en France", précise l'ASN dans un communiqué.

Le réacteur n°4 de la centrale nucléaire du Bugey est le cinquième réacteur du parc nucléaire français à faire l’objet d’un réexamen de sûreté trente ans après sa mise en service (après Tricastin 1, Fessenheim 1, Bugey 2, Fessenheim 2). Le réacteur n°4 avait été arrêté, du 5 février 2011 au 25 juin 2011, pour permettre cette troisième visite décennale.

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut