christophe maé
© Océane Fournier

Christophe Maé : “Je ne fais pas de tourisme musical”

Christophe Maé est l’invité de L’Autre Direct, à l’occasion de son passage à Lyon. En pleine tournée depuis mars, il joue son dernier album, Je veux du bonheur, sorti en juin 2013.

Le bonheur de Christophe Maé ? “Être sur scène.” Le chanteur revient sur ses premiers concerts à la halle Tony-Garnier – une salle “très difficile, toute en longueur”, donc pas idéale pour “avoir une proximité avec le public”, mais où ses deux concerts cette semaine étaient cependant complets (il reviendra le 2 octobre prochain). Pour présenter son 3e album, Je veux du bonheur, largement inspiré de séjours à La Nouvelle-Orléans, Christophe Maé voulait un concert au cœur du public, déambulant et dansant parmi la foule, à la manière des marching bands. Pari réussi pour Christophe Maé pour qui cette tournée est la plus aboutie, et qui adore traverser le public. Même si “je sens par moment la main aux fesses, mais c'est pas désagréable", rigole-t-il.

Un album inspiré de La Nouvelle-Orléans amène forcément à parler de Katrina, l'ouragan qui neuf ans après son passage continue de marquer la ville et ses habitants. Christophe Maé y a d'ailleurs consacré un titre, À l'abri, et est très admiratif des habitants de la ville meurtrie, qui a perdu un tiers de sa population après la catastrophe : “Ils se laissent pas abattre, ces gens-là. Leur force, c’est la musique. 360 jours par an, y a de la musique dans les rues.”

Après un album aux sonorités jamaïcaines, puis un second aux senteurs d’Afrique et La Nouvelle-Orléans pour le troisième, où le conduira son prochain opus ? Pas forcément sur un nouveau continent : “Je ne fais pas de tourisme musical”, sourit-il.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut