Cité de la gastronomie : victoire de Tours, Rungis et Dijon

L’ État et la commission qui a étudié les dossiers et auditionné les villes candidates a privilégié un ticket "Tours- Paris-Rungis-Dijon". Lyon pourrait toutefois bénéficier d'un strapontin.

Il n'y aura pas une seule ville pour accueillir la Cité de la Gastronomie. Les ministères de l’Agriculture, de la Culture et de l’Agroalimentaire, adossés à la commission spéciale de la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires ont décidé de "l’instauration d’un dispositif original et fédérateur, un réseau de Cités de la Gastronomie". Le socle est constitué de "Tours- Paris-Rungis et Dijon".

Mais la commission précise que Lyon "ne doit pas être exclu du dispositif". Une sorte de strapontin pour la "capitale mondiale de la gastronomie". En revanche, le projet de Beaune "très difficilement réalisable" a été purement et simplement écarté.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut