Métro TCL sytral © Tim Douet
Métro TCL © Tim Douet

Combien de stations de métro portent un nom de femme à Lyon ?

Des noms de rues, de places, de lycées, d’hôpitaux... l'égalité homme-femme est loin d'être inscrite dans l'espace public. À Lyon, les noms des stations de métro symbolisent aussi ce déséquilibre.

Combien de stations de métro portent un nom de femme à Lyon ? La question simple et quand la réponse tombe, elle est cinglante : aucune. En parallèle, sur les 41 stations de la ville, 18 ont été baptisées avec le nom d'un homme (ou deux), le reste étant des noms de quartiers, places, gares, lieux...

La raison principale est à chercher en surface, où les appellations de rue ont été pendant longtemps monopolisées par les hommes. Ce sont leurs noms qui ont été ensuite donnés aux stations lors de la construction du réseau métro à des époques où le sujet de l'égalité homme-femme n'était pas mis sur la table.

La parité pour les nouvelles rues

Thérèse Rabatel, adjointe à la mairie de Lyon en charge de l'égalité femmes-hommes, revient sur cette situation : "Depuis 2008, nous nous battons pour que les femmes soient aussi visibles dans l'espace public. Il y avait une grande inégalité, que des noms d'homme. On est monté en puissance, pour 2014-2018, on est quasiment à parité sur les nouveaux noms de rue". Ainsi sur les 38 dernières appellations choisies, 20 sont des femmes, 13 des hommes, 2 mixtes, et 3 non liées à des personnalités. Thérèse Rabatel poursuit : "Tous les domaines sont représentés, il y a des résistantes, des syndicalistes, des féministes. Lyon est une ville de docteurs, mais il n'y avait que des noms d'hommes, on va avoir une place Suzanne Noël, une pionnière de la chirurgie qui s'est occupée des gueules cassées de la Première Guerre mondiale. Ça me tenait à cœur".

Côté stations de métro, le 0 pointé pourrait continuer. Pour la future extension du métro B, il s'agira de noms de quartiers. Pour le métro E, deux stations proposées dans le projet sont des noms d'homme : Saint-Paul et Saint-Irénée (voir le projet ici), aucun nom de femme sur la ligne. La visibilité, ça ne sera donc pas pour 2030, sauf stations rebaptisées entre-temps.

à lire également
En raison du confinement, nous vous proposerons régulièrement des articles sur l'histoire de Lyon, pour voyager dans le temps. Avec un site majestueux où deux cours d’eau se rejoignent, impossible de croire qu’il n’y avait pas de Lyon avant 43 avant notre ère et la fondation de Lugdunum. La présence humaine est attestée sur ces terres dès -29000.
Faire défiler vers le haut