CONSEIL DE RENTREE

On sort du piège de la " norme type J " pour les résidences de personnes âgées. On construit de nouvelles sanisettes au Parc de la Tête d'Or. On relance la résidence Villemanzy. Et puis on s'engueule à propos d'Asphodèles.

Prise de bec pour un théâtre
Joute verbale inattendue entre l'opposition et la majorité au Conseil municipal du lundi 17 septembre. En cause : le vote d'une subvention de 47 000 euros sollicitée par le Théâtre des Asphodèles pour payer les équipements de ses nouveaux locaux. Lors d'une intervention en séance publique, les élus UMP du 3ème se sont félicités du maintien de cet établissement culturel dans leur arrondissement. En réponse, Pascale Bonniel-Chalier (Les Verts) a exprimé sa " surprise que les élus du 3ème aient l'impression d'être associés " à ce succès, alors qu'ils auraient plutôt plutôt " savonné la planche ". Le ton était donné, la riposte côté opposition n'a pas tardé. Pascale Décieux (Milloniste) a considéré que les mots de l'élue écologiste " dépassaient sa pensée " et lui a conseillé de " s'abstenir " de telles remarques à l'avenir. Finalement Yvon Deschamps, adjoint aux finances, a eu le dernier mot. Selon lui " l'équipe du 3ème menait une politique qui visait plus à mettre le feu au bâtiment qu'à trouver une solution ". Et d'ajouter à l'attention de l'opposition : " Arrêtez avec cette autosatisfaction qui est franchement agaçante ! ". Finalement, la subvention a été votée à l'unanimité, en l'absence de Gérard Collomb parti rejoindre Christine Boutin au ministère décentralisé. L'inauguration des nouveaux locaux du théâtre est prévue pour le 26 octobre au 115 avenue Lacassagne.

La gestion de la Résidence Villemanzy confiée au privé

Un bail " emphytéotique " a été accordé par la ville à la société privée SOCOGIM pour la gestion de la Résidence Cercle Villemanzy. Le partenaire privé s'engage à verser immédiatement 4 millions d'euros à la ville, puis 40 000 euros par an en guise de loyer. Il devra respecter les objectifs premiers du site, à savoir accueillir les professeurs, les doctorants et les personnalités de passage à Lyon. La résidence est aujourd'hui sous occupée et nécessite d'importants travaux de rénovation qui seront assumés par le promoteur immobilier. Cette décision devrait renforcer le rayonnement universitaire de Lyon et réchauffer les relations entre la municipalité et l'université de Lyon.

Les toilettes du parc remises à neuf

1, 8 millions d'euros, c'est le prix de la rénovation des toilettes du Parc de la Tête d'Or. Lors de sa première présentation en juillet, le montant des travaux avait étonné l'opposition. Lundi, Gilles Buna a assuré que le parc ne sera pas doté de " trônes en or ". Après précision, la facture englobe le coût de la démolition des anciens WC, les travaux de raccordement et l'installation de 42 toilettes et 15 urinoirs. De quoi accueillir confortablement les 2,4 millions de visiteurs annuels du parc.

Vive le dynamisme associatif !

En proie à des difficultés financières, la MJC Saint Rambert a bénéficié d'une aide exceptionnelle de 37 000 euros réclamée par l'adjoint à la vie associative, Louis Pelaez. L'opposition appelle à un contrôle plus ferme des subventions par la voix de Bernadette Isaac-Sibille (Milloniste). La mairie centrale entend toutefois poursuivre l'effort de renforcement du tissu associatif lyonnais. Lyon défend son titre de " capitale des associations " en accordant plus de 50 millions d'euros de subventions par an.

Les personnes dépendantes ne seront pas expulsées

Les personnes dépendantes vivant au-delà du 6ème étage dans les résidences municipales n'auront pas à déménager. Jusqu'à présent, un flou juridique enveloppait le caractère rétroactif de la norme " type J ". Aujourd'hui, l'ambiguïté est levée. Seules les nouvelles résidences pour personnes âgées sont concernées par cette directive. Les logements anciens abandonnés sur la base du volontariat par certaines personnes âgées pourraient être proposés à des étudiants.

PETITES PHRASES
Le coup de la panne
De Gérard Collomb : " Je me souviens de l'inauguration d'un immeuble neuf, l'ascenseur était tombé en panne.Nous étions restés bloqués vingt minutes avec Madame Chevassus. Mais vingt minutes aves Madame Chevassus, ce n'est pas long ". Vantard.

Plus cher et moins cher
De Louis Levêque : " Les habitants qui ont enrichi les projets sans les renchérir ".

Le coup de la panne 2
De Gérard Collomb, à propos des pannes de ventilateurs dans le tunnel de la Croix-Rousse : "je ne suis pas électricien, ce qui est dommage pour mon épouse ". Et pas ascensoriste, ce qui est dommage pour Madame Chevassus.

En cas de besoin
A propos de nouvelles sanisettes dans le Parc de la Tête d'Or, Gilles Buna : " l'architecte des bâtiments de France ne va pas manquer de mettre son nez dans ces affaires ".

AM.PG

à lire également
Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
Si Gérard Collomb a fait de l'Anneau des sciences de Lyon le point central de sa campagne, un décalage semble se creuser avec les principales attentes des Lyonnais. Ce projet d'autoroute pour boucler le périphérique ne remporte pas l'adhésion selon un sondage. 
Faire défiler vers le haut