Service de soin intensif du Professeur Jean-Christophe Richard (unité Covid-19), à l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon (©MAXPPP/PHOTOPQR/LE PROGRES/Joël PHILIPPON)

Coronavirus à Lyon : 414 patients covid en réanimation, le bilan ce mercredi matin dans les hôpitaux de la région

La pression est stable dans les hôpitaux de la région depuis le début de l'année 2021. Pas de baisse, mais pas de hausse non plus. 3600 patients suivis pour covid sont actuellement hospitalisés dans la région.

Dans les Hospices civils de Lyon, 75 patients sont actuellement en réanimation des suites du covid-19. 93 % des 180 lits de réanimation "armés" dans les HCL sont occupés. En temps normal, il y a 139 lits de réanimation dans les Hospices civils de Lyon. Mi-novembre, alors que l'épidémie touchait de plein fouet la région, près de 300 lits de réanimation avaient été alors "ouverts" dans les HCL. Pour accueillir tout le monde. Pour soigner tout le monde.

Actuellement, la pression est quelque peu retombée. Mais elle reste importante. Actuellement, 180 lits sont ouverts. Sur ces 180 lits, 92,8 % sont occupés. Sur les lits occupés, 45 % des patients sont suivis pour covid-19. Soit 75 patients actuellement en réanimation dans les HCL.

Le bilan ce mercredi 17 février au matin dans les hôpitaux de la région Auvergne-Rhône-Alpes : 

  • 3627 personnes actuellement hospitalisées (+9 en 24h)
  • 236 nouvelles hospitalisations en 24h
  • 414 personnes actuellement en réanimation (-5 en 24h)
  • 41 nouvelles admissions en réanimation en 24h
  • 38 nouveaux décès en 24h
  • 8652 décès au total depuis le début de l'épidémie

Le bilan ce mercredi 17 février au matin dans les hôpitaux du Rhône : 

  • 832 personnes actuellement hospitalisées (-5 en 24h)
  • 62 nouvelles hospitalisations en 24h
  • 151 personnes actuellement en réanimation (-2 en 24h)
  • 13 nouvelles admissions en réanimation en 24h
  • 7 nouveaux décès en 24h
  • 2308 décès au total depuis le début de l'épidémie

Lire aussi : Coronavirus à Lyon : la Drôme et le Rhône, les 2 départements de la région où le virus circule le plus

1 commentaire
  1. bill bob - mer 17 Fév 21 à 17 h 22

    en réalité, il semble que le variant anglais ne fait PAS exploser le taux de contamination. C'est même l'inverse , il y a une légère baisse de la contamination. A mon avis, ce sont les masques les distances et l'alcool qui permettent cela. Et le fait que le variant remplace la souche principale d'aujourd'hui mais ne s'ajoute pas. Donc, je parie que le variant anglais ne va pas du tout faire repartir l'épidémie. Il va petit à petit REMPLACER la souche majoritaire en ce moment, il ne va pas s'additionner . Concernant les hopitaux, il semble que les cas graves donc réanimations soient en légère baisse aussi. Dans ce cas, c'est peut être bien la preuve que :
    1) le variant anglais n'est pas plus dangereux que la souche actuelle
    2) dans les semaines à venir, tous les vieux de plus de 75 ans qui ont été vaccinés ne pourront plus remplir les réa, et donc , mécaniquement, avec un taux de contamination stable , cela signifie que les malades seront en moyenne plus jeunes et donc moins nombreux en réa. En résumé, il n'y aura peut etre pas de baisse à l'entrée de l'hopital, mais probablement une baisse à l'entrée en réa.
    Au final, dans 8 ou 10 semaines, on aura un effet vaccin et une baisse des contaminations, ce qui fera baisser le taux de reproduction et les entrées à l'hopital. A condition de maintenir les mêmes mesures de masque, distance et gel hydroalcoolique. Ces gestes barrière sont sûrement le levier le plus efficace pour le moment et pour encore une bonne 20aine de semaines. Le temps que les plus de 65ans soient vaccinés, ce qui ne sera pas le cas avant l'été à mon avis (+65ans = 14 millions de personnes de mémoire, au rythme actuel de vaccination il y en a pour des mois)

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut