Essai tramway T6 (crédit Sytral)

Coronavirus à Lyon : les pickpockets n'ont pas disparu des TCL et s'adaptent

Si la fréquentation des bus, métro et tramways du réseau TCL à Lyon a fortement diminué, les pickpockets n'ont pas disparu pour autant, ils se sont même adaptés au contexte.

"Même si les tramways et métros sont vides, les pickpockets sont bien là", se désole un policier. "Ils profitent de la baisse d’attention pour travailler".

Ce mercredi 18 mars, la fréquentation était particulièrement faible sur le réseau TCL à Lyon, pourtant à la station de tramway Musée des Confluences, certains pickpockets bien connus des services de police étaient au rendez-vous, même constat aux environs de la Part-Dieu.

La fin temporaire du câlin ou de la danse 

"Même si les métros et tramways sont vides, cela ne change pas de certaines nuits sur le réseau où l'on retrouve aussi des pickpockets", rappelle un autre policier. Les techniques sont revenues aux fondamentaux avec des tentatives de vols dans les poches arrière, sacs à dos, ou à l'arraché. Coronavirus oblige, les méthodes qui ont fleuri sur le réseau ces derniers mois comme le "câlin" ou la "danse" ont disparu au profit de technique "sans contact" ou le plus limité possible. "D'autres portes désormais masques et gants", confie ce même policier, "la vidéo risque d'être plus difficile à exploiter". Bref, la vigilance doit rester de mise sur le réseau TCL, les pickpockets ne connaissent pas le télétravail.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut