Le centre de vaccination de Lyon à Gerland © Antoine Merlet

Coronavirus à Lyon : polémique autour des livraisons de vaccin aux médecins libéraux

Les médecins libéraux se sont émus, lundi, et le mot est faible, que les commandes de vaccins AstraZeneca aient été suspendus pour les médecins libéraux, au profit des pharmaciens. Devant le polémique, Olivier Véran a annoncé ce mardi que les commandes de vaccins AstraZeneca seront rouvertes aux médecins libéraux "dès la fin de la semaine".

"Nous allons rouvrir aux médecins dès la fin de la semaine les réservations de doses pour la semaine du 22 mars", expliqué ce mardi Olivier Véran, le ministre de la Santé, lors d'un déplacement avec le Premier ministre, Jean Castex, à l'hôpital de Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre), dans des propos relayés par l'AFP.

"L’URPS Médecins Libéraux de la région Auvergne Rhône-Alpes s’insurge contre la suppression des commandes de vaccins AstraZeneca pour les médecins généralistes ! L’URPS Médecins Libéraux exprime son incompréhension devant l’envoi par la DGS dimanche soir, signifiant que la commande des vaccins pour cette semaine à venir serait réservée aux pharmaciens et interdite aux médecins généralistes", expliquait lundi l’URPS Médecins Libéraux de la région Auvergne Rhône-Alpes dans un communiqué cinglant.
 
"Décider de prioriser les pharmaciens pénalise les médecins généralistes et leurs patients. Cette semaine ils devraient disposer de trois flacons c’est-à-dire 30 vaccins par médecin. Les empêcher de commander ces vaccins va les obliger à annuler tous les rendez-vous déjà pris", poursuivait-t-elle.

Finalement, devant la levée de boucliers, le gouvernement a revu sa copie.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut