(Photo by GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Coronavirus : le variant anglais bel et bien installé dans le Rhône

Dans son dernier point épidémiologique d’Auvergne-Rhône-Alpes, publié le 19 février, Santé publique France suspecte une présence significative du variant anglais dans le Rhône et dans une moindre mesure celle des variants sud-africain et brésilien.

Santé publique France a dévoilé le 19 février la proportion de variants suspectés parmi les tests positifs au Covid-19 en Auvergne-Rhône-Alpes. Pour établir ces données, un certain nombre de tests positifs ont passé un second test dit de criblage. Il permet de détecter la présence de cas variants.

Sur l’ensemble de la région, 58 % des tests RT-PCR positifs ont fait l’objet d’un second test pour détecter les variants. 29,2 % de ces tests sont positifs au variant anglais et 2,7 % aux variants sud-africain et brésilien. Des proportions inférieures à la moyenne en France.

Dans le Rhône des tests de criblages ont eu lieu pour 60,6 % (2 617) des tests positifs. Résultat : 32,7 % (856) sont revenus positifs au variant anglais et 4,2 % (111) aux variants sud-africain et brésilien.

Le département le plus touché de la région est la Haute-Savoie avec 43,5 % de tests positifs au variant anglais sur 61,7 % de tests de criblage. Pour Santé publique France ce chiffre élevé pourrait s’expliquer par la proximité avec le Canton de Genève, où le variant anglais circule de façon importante. Pour les variants Sud-Africain et brésilien, c’est le Cantal qui est à la première place avec 4,9 % de positifs sur 50 % des tests de criblage effectués.

1 commentaire
  1. FEFI - dim 21 Fév 21 à 10 h 06

    Il y a suffisamment de GB venus à la montagne, sans parler de Genève...

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut