(Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

Covid-19 : avec le retour des jauges, l’Asvel évalue ses pertes à plus de 100 000 euros

Confronté à l’explosion des contaminations au Covid-19 ces derniers jours, le gouvernement a annoncé lundi de nouvelles mesures sanitaires dont le retour des jauges pour trois semaines dans les enceintes sportives. Du côté de l’Asvel, à Villeurbanne, le président délégué du club, Gaëtan Muller, estime "entre 100 à 150 000 euros" les pertes à venir. 

En difficulté sportivement depuis plusieurs semaines, en raison notamment des blessures de certains joueurs et de l’isolement d’autres positifs au Covid-19, l’Asvel accuse le coup ce mardi 28 décembre au lendemain de nouvelles annonces du Premier ministre pour freiner l’épidémie. En effet, lundi soir Jean Castex a dévoilé plusieurs mesures dont certaines vont directement toucher le sport professionnel français à compter du lundi 3 janvier. 

Lire aussi : Villeurbanne : plombée par des cas de Covid-19, l’Asvel s’incline face à Limoges

Pendant trois semaines, "les grands rassemblements seront limités à une jauge de 2 000 personnes en intérieur et 5 000 personnes en extérieur", a expliqué le Premier ministre, suscitant une certaine incompréhension du côté de l’Asvel, qui va voir son nombre de spectateurs maximum passer d’un peu plus de 5 000 à 2 000. "Nous sommes évidemment légalistes et on respecte ce que le gouvernement prend comme décision. Simplement on s‘étonne un peu de cette jauge puisqu’avec le pass sanitaire, qui doit se transformer en pass vaccinal [la mesure devrait être votée prochainement dans un projet de loi, NDLR] et le port du masque obligatoire il ne me semble pas que l’on soit sujet à déclencher des clusters", confie à Lyon Capitale Gaëtan Muller, le président délégué du club de basket détenu par Tony Parker.

Gaëtan Muller © Tim Douet
Gaëtan Muller, le président délégué de l'Asvel. © Tim Douet © Tim Douet

Des conséquences financières lourdes

Cette décision est d’autant plus difficile à accepter pour le club villeurbannais qui, à entendre Gaëtan Muller, "avait retrouvé des guichets fermés et des jauges pleines comme à la belle époque". Alors que ce choix de limiter à 2 000 le nombre de spectateurs dans les enceintes sportives en intérieur interroge, le président délégué de l’Asvel tire la sonnette d’alarme sur les pertes financières qui se profilent. 


"Sur les trois semaines, en réduisant la jauge, potentiellement sur deux matchs, c’est à peu près 100 à 150 000 euros de perdus",

Gaëtan Muller, le président délégué de l'Asvel


"Sur les trois semaines, en réduisant la jauge, potentiellement sur deux matchs, c’est à peu près 100 à 150 000 euros de perdus", révèle-t-il à Lyon Capitale. Son prochain match à domicile, le 7 janvier 2022, l’Asvel aurait ainsi dû le jouer à "guichet fermé", pour la réception de Monaco, l’un des cadors du Championnat de France. 

À ce jour, à la question de savoir comment se fera le choix des 2 000 heureux élus pouvant assister au match, parmi tous ceux qui ont acheté un ticket, le club ne donne pas encore de réponse. "Pour l’instant on n'a pas traité [la question, NDLR] on subit, on est en train de regarder et on va prendre des décisions dans les jours à venir", explique Gaëtan Muller.  

Un soutien de l'État attendu

Néanmoins, alors que l’Asvel, comme les autres clubs du basket français, voit ressurgir le spectre de la saison dernière où huis clos et reports de matchs s’étaient accumulés, Gaëtan Muller "espère" un accompagnement fort de l’État, d’autant qu’il craint qu’après les trois semaines annoncées par  Jean Castex "on rentre dans une phase bien plus prolongée que cela".


"On gère au jour le jour, on essaye de garder le cap"

Gaëtan Muller, le président délégué de l'Asvel


"Il y a le temps des annonces et le temps de la réalité économique. À partir du moment où nous ne sommes pas en mesure de pouvoir travailler "normalement", il me semble qu’à minima il faut de la compensation", estime le président délégué de l’Asvel, qui dit aujourd’hui travailler "au jour le jour en essayant de garder le cap". 

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut