Décès de Florent Laville : Une mère en colère

Un habitant de la Duchère a été retrouvé gisant mort au contrebas du quai Jayr. L'enquête stagne et la mère de la victime veut connaître au plus vite les raisons du décès de son fils.

Que s'est-il passé lors de cette nuit du samedi 7 juillet ? La veille, Florent Laville, 34 ans domicilié rue Marius Donjon dans le neuvième arrondissement de Lyon quitte le domicile familial vers les 22h30. L'homme, célibataire et de "nature calme" vit depuis vingt-cinq ans avec ses deux soeurs jumelles dans le modeste appartement de sa mère. (lire portrait) Le soir de sa disparition, il avait rendez-vous une heure plus tard avec des amis d'enfance. Ils avaient prévu de passer le week-end en Allemagne. Plus personne ne reverra le jeune homme vivant. Sa mère confirme : "Il devait partir avec des personnes de confiance en Allemagne pour acheter des vêtements car comme de nombreux jeunes, Florent aimait les habits de marque."

Ce qui expliquera la somme de quatre-vingt euros que vont découvrir les policiers dans ses poches. C'est vers 6h30 du matin, en contrebas du quai Jayr à une centaine de mètres en aval du pont Clémenceau que le corps de Florent a été découvert sans vie, dans un endroit très fréquenté par de jeunes marginaux. "Je ne comprends pas. Pourquoi l'avoir tué si c'était pas pour le dérober ?" C'est aussi la question qui taraude les enquêteurs. L'autopsie pratiquée sur le corps de la victime indique que le décès de Florent est due à de multiples fractures du crâne. Son corps présentant des hématomes et des lésions aux mains.

Les derniers témoins ayant vu la victime indique qu'il était dans un état d'ébriété. Prise par l'émotion, la mère de Florent s'emporte. "Mais c'est faux ! Ce sont des "qu'en dira-t-on". Chez moi, on ne boit pas d'alcool." Elle finira pas dire que son fils a peut-être bu un verre ou deux, tellement il était content de partir en week-end. Mais elle manque cruellement d'informations sur la mort de son fils. Le substitut du procureur de la République n'a pas souhaité communiquer sur cette affaire, "pour ne pas nuire au déroulement de l'enquête." La mère de la victime se sent abandonnée par la justice : "C'est la période des vacances et j'ai peur que ça traîne jusqu'à la rentrée. Je me battrai jusqu'au bout pour connaître la vérité. Je ne connais même pas l'heure du décès de mon fils. J'ai besoin d'en savoir plus, pour commencer à faire mon deuil."

"Florent, un garçon gentil,très serviable"

C'est dans son modeste deux pièces de la Duchère que la mère de Florent Laville nous reçoit. Les traits fatigués, elle nous parle longuement de la personnalité de son fils. "J'étais très proche de lui, on a le même caractère, on n'avait pas forcément besoin de beaucoup se parler pour se comprendre. Florent était très gentil, très serviable. Il était toujours là, pour m'aider. Regardez le canapé, c'est lui qui me l'a payé." L'homme multipliait les missions d'intérim et avait même été "emploi jeune" à la Ville de Lyon. Apparemment, Florent Laville était très apprécié dans le quartier et notamment des enfants. Un groupe de jeunes présent lors de notre visite évoque le décès de l'homme. "Ça fout la mort de savoir que quelqu'un l'a tué. Il était gentil et toujours prêt à rendre service", lance l'un d'entre eux.

à lire également
Mohamed Tria © Tim Douet
Le club de football Lyon Duchère, qui va changer de nom pour s’appeler “Sporting Club de Lyon”, vise une montée en Ligue 2 d’ici deux ans et une accession à la Ligue 1 dans cinq. Un projet ambitieux que nous explique Mohamed Tria, son président, actionnaire majoritaire de la nouvelle SASP*.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut