Delerm : "J'aimerais bien travailler dans un zoo"

Merci à lui.

Politique et rock'n roll
Sur mon album, il y a deux chansons sur 13 qui sont politiques. Qu'est-ce que je peux faire de plus que d'évoquer l'UMP, Simone Veil et Badinter ? Ce n'est pas mon genre d'écrire "Fuck Sarkozy !" Les gens qui m'aiment bien n'attendent pas que je fasse toutes mes chansons sur la politique. Chez Ferré et Ferrat la politique a vraiment pris le dessus mais c'est très rare. Même chez Renaud, réputé pour ses engagements et ses coups de gueule, la politique reste mineure. Il y a des gens qui font ça mais on ne parle pas d'eux. Des gens comme Alain Leprest ont une vraie force mais ils n'intéressent pas les médias, ça les emmerde. Ça n'empêche pas ces mêmes médias de reprocher aux chanteurs de ne pas être assez politiques.

Engagement
Ce n'est pas la même chose d'écrire une chanson politique que de soutenir quelqu'un ponctuellement. Le fait de s'impliquer pour un candidat même si on le regrette après, ça ne reste pas. La chanson, elle, est gravée sur le disque. Et il faut pouvoir l'assumer longtemps. C'est arrivé à Alain Souchon qui a fait une chanson sur Arlette Laguiller. Ensuite, il n'a pas été content du tout qu'elle n'appelle pas à voter contre Le Pen. Il a été déçu. Il ne chante plus cette chanson.
Je trouve normal que les gens veuillent savoir pour qui on vote. Moi je suis de tradition socialiste, je voterai PS. Mais je n'engage pas du tout à voter PS, c'est très personnel, familial. Je n'ai pas du tout envie de faire partie d'un comité de soutien. En plus, je fais partie des gens qui pourraient desservir un candidat en le soutenant ! Pour soutenir un candidat efficacement, il faut plaire à des publics très différents. Moi mon public n'est pas très UMP.

Rock'n roll
Je me sens plus proche de la pop que du rock. Dans les Stones, il y a une vraie énergie mais ça ne me parle pas trop. Et Led Zeppelin ne me fait pas fantasmer. J'ai toujours écouté des trucs plus mélodiques même quand j'avais 15 ans. Comme dans la pop, comme dans les Beatles. On met un costume-cravate, c'est un peu plus planqué mais ça n'empêche pas qu'au delà du côté bon élève...

J'aimais bien Cure aussi. Sans être cuir. De toute façon ma génération n'est pas très cuir. C'est parfois notre problème. On voit bien que des gens comme Thierry Ardisson pensent que le sommet de la modernité c'est le rock, les Clash. Moi je pense qu'aujourd'hui la modernité est largement plus du côté de la pop que du rock qui est d'arrière-garde avec son côté : "j'emmerde ma grand-mère".

La télévision ne joue pas son rôle
La télévision ne joue pas son rôle vis à vis des chanteurs mais ce n'est pas très embêtant. Passer de temps en temps, personnellement, ça me va bien. C'est vrai que du côté du service public, c'est décevant. A TF1, au moins c'est clair : c'est Garou, Chimène Badi, Sardou. Sur France 2, c'est censé être très différent. Mais dans ses grandes émissions de variété c'est aussi Garou et Chimène Badi ! On ne voit jamais Camille.
Alors on existe surtout par la radio et les concerts et ce n'est pas plus mal. La télévision donne une reconnaissance moins solide.

La Môme piaf
J'ai vu La môme. Je m'attendais à ne pas aimer mais j'ai été déçu en bien. Même si j'ai trouvé que le rapport de Piaf au public n'est pas forcément très bien décrit. Piaf, c'était quelqu'un de très aimé par un public très populaire et le film décrit toujours des ambiances américaines où elle chante devant peu de gens, dans des salles de restaurant très huppées. Ce que j'ai préféré, ce ne sont pas les scènes où elle chante mais des scènes comme l'interview au bord de la plage.

Zoo et Lyon
J'aime beaucoup Lyon et je ne dis pas ça parce que j'y passe. J'ai écris plusieurs fois au Parc de la Tête d'Or. Si je n'étais pas chanteur, j'aimerais bien travailler dans un zoo.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut