Dernier rendez-vous de l'Université Populaire

Mais le regard scientifique dépend de la philosophie domiDernier rendez-vous de l'Université Populaire
Enseignement. L'Université Populaire, libre et gratuite, donne son dernier cycle de cours sur la Révolution Copernicienne.
Cédric Mulet-Marquis, enseignant en physique à l'ENS invite les élèves à découvrir les origines de l'astronomie.

Lyon Capitale : Cédric Mulet-Marquis, vous êtes enseignant-chercheur à l'ENS et nouvel intervenant de l'Université Populaire. Que représente l'Université populaire pour vous ? Pourquoi avoir ouvert un cycle consacré aux sciences ?
C. M. : L'idée intéressante, c'était de rendre le savoir accessible au plus grand nombre et d'éveiller l'intérêt des gens à mon domaine : l'astronomie. Le chercheur se doit de répercuter vers la société les connaissances qu'il a pu acquérir. Je ne suis pas payé et si je l'avais été je ne serai pas venu. Je considère que cette intervention fait partie de mon travail de chercheur. C'est parce que la connaissance profite à tout le monde que la recherche est légitime. La connaissance scientifique sert aussi au citoyen pour se positionner sur des sujets comme par exemple les centrales nucléaires. Pour prendre une décision juste, on a besoin de connaître les mécanismes des choses qui nous entourent. Si on s'en remet à des experts, on n'est pas maître de sa décision.

Votre cours traite de la Révolution Copernicienne en montrant le lien entre l'histoire des idées et l'histoire des sciences. Que doit retenir votre auditoire de tout ça ?
C.M. nant une époque. La révolution copernicienne, c'est ce moment où le soleil prend la place de l'homme au centre de l'univers. Quand Copernic commence ses travaux, c'est Aristote qui domine le monde de la pensée. Le philosophe soutient les théories géocentriques qui mettent la Terre au centre du monde. Comme sa conception est compatible avec la théologie chrétienne, elle a perduré pendant 2 millénaires. Le regard que la science pose sur le monde fait écho à l'ordre de la société.

"La Révolution Copernicienne", par Cédric Mulet-Marquis
16/05 - Copernic, Brahé et Képler, contributions scientifique
23/05 - Bruno et Galilée, symboles des crispations de l'Eglise
06/06 - Conclusion : la Science à la Renaissance
Université Populaire - Lycée Diderot, 41 cours Général Giraud Lyon 1er
http://uplyon.free.fr

à lire également
Université Lyon 1
Le classement de Shanghai, palmarès de l’enseignement supérieur dans le monde, est sorti ce samedi 15 août. La première université française est classée 14e, la première université lyonnaise, Lyon 1, est entre la 201e place et la 300e.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut