Ebola
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Ebola : la suspicion écartée, un numéro vert mis en place

Aucun malade d'Ebola n'est soigné en France, le cas suspect qui s'était présenté à l'hôpital parisien de Bichat a été écarté alors que les prélèvements étaient envoyés à Lyon, au centre national de recherche de l’institut Pasteur. Un numéro vert a été mis en place, en fonction dès ce samedi à 9h.

Les prélèvements étudiés se sont finalement avérés négatifs. Une femme, qui aurait pu contracter le virus en Afrique, a été placée dans une chambre stérile de l'hôpital Bichat, à Paris, dans un service spécialisé. Toute suspicion a donc été écartée.

Un numéro vert est mis en place dès 9h ce samedi pour répondre à l'inquiétude du public comme l’a annoncé vendredi la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Pas de panique !

De son côté, le Premier ministre Manuel Valls a mis en garde contre d'éventuels "mouvements de panique" en France liés au virus Ebola. "Il faut être prudent. Cette prudence s'adresse aux autorités et à la presse pour ne pas provoquer des mouvements de panique comme on a pu en constater", a-t-il déclaré.

Deux lits à Lyon

En France 12 hôpitaux peuvent aujourd'hui accueillir des malades souffrant d'Ebola : à Marseille, Strasbourg, Nancy, Lille, Rouen, Rennes, Bordeaux, Saint-Denis (La Réunion) et trois à Paris. A Lyon, c’est l’hôpital de la Croix-Rousse qui peut accueillir deux malades.

Ces établissements disposent notamment de chambres d'isolement, d'une aire réservée aux hélicoptères, d'un laboratoire équipé de filtration et l'air et de sas hermétiques.

----

Un numéro vert : 0800 13 00 00

à lire également
Nommé ministre de la Santé à la veille de l’épidémie de coronavirus, Olivier Véran se retrouve aujourd’hui à gérer la plus grave crise sanitaire depuis plus d’un siècle en France. Une mission dont le conseiller régional grenoblois s’acquitte jusqu’à présent avec un sérieux et une pédagogie salués.
Faire défiler vers le haut