Elle tue son amant avant de s'endormir, ivre

Le commissariat de Villefranche-sur-Saône reçoit l'appel d'un homme certifiant avoir assisté à un meurtre. Conduite sur les lieux du crime, la police découvre un homme, inanimé dans un fauteuil, baignant dans une mare de sang. Dans une chambre voisine, une femme, endormie. Réveillée par les policiers, Sylvie Bezard avoue avoir tué son ex-amant de plusieurs coups de couteau : un dans le cou, deux sur le cuir chevelu et un quatrième dans une artère

Epilogue d'une vie émaillée de souffrances d'enfance, de violences et d'alcool.

Une vie émaillée de violences
Petite, sa mère la battait régulièrement. Son premier petit ami également. S'enchaînent alors les aventures. Un expert psychologue écrit d'ailleurs à son propos que "la multiplication des relations masculines vient donner une réassurance à des identifications féminines peu assurées et des failles narcissiques importantes".

Sylvie Bezard donne d'abord naissance à un enfant, qu'elle abandonne à quatre ans et demi. Commence la descente dans l'enfer de la boisson. Elle se marie ensuite avec Frédéric Petrod, tombe dans une dépression sévère et tente de se suicider sept fois, entre 1990 et 1995. Quelques années plus tard, elle tente de "planter" l'un des ses amants, trop imbibée par l'alcool qu'elle avait souvent "mauvais".

Francis Mangin sera son dernier amant. Lui est un alcoolique connu des services de police pour sa propension à la consommation d'alcool. D'après l'autopsie de son corps, le soir du meurtre, l'homme avait 3 g/l d'alcool dans le sang.
Elle se sentait menacée
Sylvie Bezard avait dit à certaines personnes que Francis Mangin était violent avec elle, qu'elle en avait peur. Personne ne l'a cru. Le soir fatal, la meutrière avait passé la soirée à boire avec deux hommes, dont l'un de ses ex. Pendant ce temps, son amant était chez elle avec un ami. Tous les deux avaient beaucoup bu. De retour à son domicile, le couple s'est violemment disputé. L'un deux y est resté.

Sylvie Bezard a passé ses deux derniers anniversaires à la maison d'arrêt de Montluc. Elle risque d'y purger les trente suivants.
Ne pas confondre...
Le meurtre, qui est un homicide volontaire, commis sans préméditation et l'assassinat, homicide volontaire et prémédité.

Faire défiler vers le haut