Campus de l’EM Lyon à Écully © EM Lyon

Fichage des étudiantes à l’EM Lyon : quelles sanctions depuis ?

Après le fichage sexiste d’étudiantes à l’EM Lyon en 2018, seules quelques sanctions internes ont été prises par l’établissement.

Selon nos informations, peu de sanctions ont été prises après le fichage d'étudiantes à l'EM Lyon. En août 2018, Lyon Capitale avait pu consulter un fichier répertoriant les noms, prénoms, âges, adresses mail et comptes Facebook de plus de 250 étudiantes de l'école de commerce, dont plus de 120 faisaient l'objet d'une notation sur le physique (de 2 à 19 sur 20) et de commentaires sexistes voire violents.

À l'époque, une enquête interne avait été annoncée par la direction de l'établissement. “Les étudiants dont l’implication serait confirmée seront convoqués en conseil de discipline”, avait déclaré Bernard Belletante, alors directeur de l'école basée à Écully. Questionnée par la suite plusieurs fois, la direction n'avait jamais souhaité communiquer sur les suites apportées à ce dossier.

Gérer en interne

Selon une source au sein de la direction de l'école, seules des sanctions internes ont été prises, l'établissement “n'ayant pu déterminer précisément les personnes à l'origine du fichage”“On a géré ça avec les étudiants et pas contre eux”, ajoute cette source. Si quelques personnes identifiées ont été convoquées par Bernard Belletante, explique-t-elle, il n’y a eu aucun conseil de discipline. “Un travail collectif” leur a seulement été demandé sur les sujets de parité, de sexisme et de racisme, “ainsi que l’engagement écrit de ne pas réitérer les faits, sous peine de voir une sanction inscrite sur leur dossier scolaire”, ajoute ce membre de l’école. La parité a aussi été rendue obligatoire au sein de la direction des associations de l’école et des actions de sensibilisation via le collectif Olympe de l’école, qui promeut l’égalité hommes-femmes et la lutte contre le sexisme ont été organisée

Pourtant, comme nous l'écrivions à l’époque, “collecter ou traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l'appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci” est un délit passible de cinq ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende, selon l'article 226-16 du Code pénal.

Omerta étudiante

Ce fichage relevait d'une “tradition grivoise” transmise de promotion en promotion au sein de l'EM Lyon. “C'est ancré dans l'esprit de l'école”, affirmait une étudiante, qui déclarait par ailleurs “ne jamais s'être sentie humiliée”. Le fichier Excel comportant plus de 450 noms était partagé au sein d'un groupe privé Facebook accessible seulement sur invitation des membres. Groupe visible par plus de 300 personnes. Difficile d'identifier précisément les auteurs quand la grande majorité des promotions y participait. “Tout le monde rentre dans le jeu. Le groupe [Facebook] change d'année en année. Les groupes sont recréés chaque année avec un nouveau fichier. Donc, ceux qui étaient notés deviennent “noteurs” et ainsi de suite. C'est pour ça que personne n'en parle”, expliquait la source qui nous avait confié le fichier. “On a récupéré des fichiers sur dix ou douze années. Lors de notre enquête, il y a eu une omerta de la part du corps étudiant, garçons comme filles. C’est pour ça que l’on a préféré éduquer que punir”, ajoute aujourd’hui un responsable de l’EM Lyon.

D’autres grandes écoles touchées

Une enquête publiée ce lundi par Mediapart (lire ici) montre que d'autres grandes écoles de commerce françaises (HEC, l’Essec, l’Edhec) sont touchées par ce type de comportements dégradants, les humiliations sexuelles, l'homophobie. À l’EM Lyon, les mesures “d’éducation” mises en place l’an passé n’ont visiblement pas eu l’effet escompté. En septembre, l'école a de nouveau été au cœur de la polémique sur le Petit Paumé, un guide réalisé chaque année par les étudiants de l'établissement. On pouvait y lire : “Alors que je fuis une bande de rebeus place Guillotière, je m’engouffre, un peu par hasard à Ho36. Bonne pioche ! Des jeunes blancs qui travaillent sur leurs ordis, tout en sirotant un bon café latte. Je vais pouvoir me fondre dans la masse” ou encore “Enfin un Émirat où la Sharia n'est pas appliquée, chicha au goût beurette de kalité. Ces princesses égyptiennes ont un de ces paniers à crotte !” Les étudiants avaient évoqué une “maladresse” et des distributions ont été annulées.

L'année précédente, une fausse citation d'Anders Brevik, le tueur norvégien qui a assassiné 79 personnes sur l’île d'Utøya le 22 juillet 2011, avait déjà fait jaser. Dans le même numéro de 2018, les étudiants avaient défendu les fichages mis en place au sein des promotions. ““J'ai un super concept, on va noter le physique des filles en ligne”, Mark Zuckerberg (comme quoi)”, était-il écrit. En 2019, des mesures internes ont de nouveau été prises. Selon nos informations, ils ont été “exclus pendant trois mois avec des travaux d’intérêt général à réaliser dans une association à vocation sociale”.

Faire défiler vers le haut