France 3 : un documentaire qui vaut de l'or ?

En avant-première, Lyon Capitale a pu visionner le documentaire qui sera diffusé fin mars. Les scientifiques que nous avons interrogés crient au scandale.Etrange.

C'est une première mondiale, annonce la chaîne. Samedi 21 mars*, à 15h55, France 3 Rhône-Alpes Auvergne diffuse un documentaire de cinquante-trois minutes intitulé "L'alchimie, science et mysticisme". Le film, réalisé par Christian Sulleman, auteur de plusieurs pellicules sur les sciences occultes, la saga Berliet ou les avions de légende, ne serait pas aussi exceptionnel s'il ne prenait pas le risque de montrer l'expérience ultime de l'alchimie : la transmutation d'un métal en or et l'obtention de l'élixir d'immortalité (l'or potable).

L'alchimie, tout le monde en a déjà entendu parler. C'est l'art de faire de l'or à l'aide d'une mystérieuse pierre philosophale. Les textes les plus anciens dont nous disposons aujourd'hui remontent au IIème siècle avant Jésus-Christ, dans le bassin méditerranéen. Certains feraient remonter l'art alchimique vers le IXème siècle avant J.C., à Alexandrie. Quant aux adeptes, ils prétendent que c'est Dieu lui-même qui révéla ses secrets à Adam.
Méthode artisanale
Dans le film de France 3, un alchimiste de la région de Limoges parvient à transformer du mercure en or. Pour être exact, s'il s'avérait que l'expérience fusse authentique, l'échantillon obtenu et analysé en laboratoire est un alliage aurifère de 19 carats (composé de 78,65 % d'or, 9,37 % d'argent, 10,91 % de cuivre, le reste de zinc, de nickel et de fer). L'expérience durant plusieurs jours, le documentaire a dû faire des coupes.

Pour résumer, l'alchimiste part de la rosée d'un champ qu'il distille et chauffe dans un four solaire. Après des heures et des heures de chauffe, à différentes températures, l'alchimiste obtient des poudres et des pierres de couleurs diverses qu'il continue de soumettre à des températures bien précises. Au bout d'un temps, il recueille la fameuse pierre philosophale, censée permettre la transmutation. Quelques grammes de mercure très chaud sont alors mélangés à la pierre et, miracle, l'or apparaît.

Autant dire qu'à la fin du film, le spectateur a tendance à se pincer. Force est de conclure qu'on a du mal à y croire. Raisonnement sot, et vénal : si les faits étaient authentiques, en toute logique l'alchimie aurait dû faire naître des millions de vocations... "On est dans l'incroyable. Je n'ai pas filmé une soucoupe volante mais presque, explique, bras croisés, encore un brin sceptique, le réalisateur Christian Sulleman. Mais je vous assure que je n'ai pas fumé la moquette".
"Ce n'est pas sérieux !"
Nous avons joué le jeu jusqu'au bout, en sollicitant Stéphane Parola, chercheur en chimie moléculaire au CNRS et prof à Lyon 1, pour nous éclairer sur le sujet. Alors, info ou intox ? Long silence. "Ce n'est pas sérieux. D'un point de vue scientifique, ce n'est pas possible. Transformer une molécule en une autre, OK, mais transformer un atome en un autre atome, c'est impossible. On ne sait pas faire". Il ajoute, ironique : "honnêtement, à ce stade, l'alchimiste en question remporte à la fois le prix Nobel de médecine, de physique et de chimie !". Même son de cloche pour Nathalie Moncoffre, directeur de recherche (CNRS) à l'Institut de physique nucléaire de Lyon, : "la transmutation est le fait de casser des gros noyaux, durs, en plus petits. Ça, on sait faire, c'est un phénomène de physique nucléaire qui demande des énergies considérables. Mais il est impossible de faire la même chose avec des atomes. On ne peut pas scientifiquement cautionner cela". Nos deux cracks s'interrogent même quant au choix, "dangereux", de France 3 de diffuser un tel documentaire, ajoutant qu'il devrait y avoir un débat avec des scientifiques à la fin de la projection. Ce qui est certain, c'est que ce samedi 21 mars, France 3 Rhône-Apes Auvergne risque d'exploser ses 15 % de part d'audience.
*Possibilité de diffusion le 28 mars

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut