Les Gilets jaunes cours Vitton le 27 avril 2019 @AnthonyFaure

Gilets jaunes à Lyon : les manifestants bloqués cours Vitton (Lyon 6e)

Ce samedi, c'est l'acte 24 de la mobilisation des Gilets jaunes. A Lyon, le rassemblement était prévu à Charpennes, à la limite de Lyon et de Villeurbanne. Entre 300 et 400 personnes sont présentes. Les manifestants ont tenté de rejoindre le centre de Lyon par le cours Vitton. Mais ils sont bloqués.

Pour le 3e samedi consécutif, les manifestations sont interdites dans une bonne partie nord de la Presqu’île, à Lyon, en gros entre Bellecour et Hôtel de Ville (lire ici).

Ce samedi, le rassemblement est parti de Charpennes, et de la place Charles-Hernu, à Villeurbanne. Environ 300 personnes étaient présentes à 14h30, au moment du départ. "On est là, on est là" chantent les manifestants sur la place Charles Hernu, sous une pluie battante. Le départ a été retardé en raison de la pluie. Les manifestants ont ensuite bravé le déluge pour emprunter le cours Vitton.

"On est là, on est là", scandent les Gilets jaunes sous le déluge

Mais au croisement avec la rue Michel-Rambaud, sous le pont de la ligne de chemin de fer, ils étaient attendus par les policiers. Impossible de passer. Impossible de rejoindre l'artère commerçante du cours Vitton et le cœur du 6e arrondissement.

Les manifestants discutent entre eux, ne sachant pas vraiment où aller. Ils décident d'aller à gauche, en direction de l'avenue Thiers et du quartier de la Part-Dieu.

"Emmanuel Macron, on va te chercher chez toi"

Très vite, les rangs se sont grossis. Environ 400 personnes sont présentes. La pluie commence à s'estomper. Pas les slogans contre Emmanuel Macron, qui eux, continuent de pleuvoir.

"Emmanuel Macron, on va te chercher chez toi" chantent en coeur les Gilets jaunes, sur l'air du fameux "Jean-Michel Aulas, on va tout casser chez toi" que les supporteurs de l'OL connaissent bien... L'ambiance est bon enfant.

à lire également
Durant cette période marquée par le confinement et le coronavirus COVID-19, les territoires se retrouvent en première ligne pour apporter des réponses économiques et sociales. Interviewé par Lyon Capitale, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld aborde les éléments concrets déjà en place, mais aussi ceux à venir comme une plateforme de mise en relation entre les consommateurs et producteurs locaux. Il invite également le maire de Lyon Gérard Collomb à demander des dérogations pour la réouverture de certains marchés, aujourd'hui tous suspendus. 
Faire défiler vers le haut