Good Deal est-il un bon plan ?

La quarantaine d'exposants ciblaient les jeunes : sorties, activités sportives, matériel informatique, engagement humanitaire, voyage à l'étranger, jobs étudiants, etc. Selon Nicolas, chargé de l'organisation, plus de 1200 personnes ont visité le salon et les retours semblent plutôt encourageants : " Les exposants aussi bien que les étudiants sont super contents. Les stands proposant des jobs ont été pris d'assaut ! " Du point de vue des organisateurs, ce premier salon est donc un succès.
Pourtant, le niveau de fréquentation a été décevant : trois fois moins de visites que prévu. La plupart des visiteurs sont venus du campus de la Doua. Les autres universités ne se sont pas déplacées en masse. " Le campus de la Doua est un peu excentré. Nous organiseront peut être le salon ailleurs l'année prochaine " commente Nicolas.
Du côté des exposants, qui ont déboursé environ 300€ pour un emplacement, les avis sont partagés. Pour Guniz Maréchal de " 100 % Gamer ", une salle de jeux vidéos, " tout c'est bien passé, même si je m'attendais à plus de visiteurs. " L'équipe du Ninkasi a été plutôt déçue : " Le chiffre d'affaire du bar est de 0€. Le concept est bon mais le soucis c'est peut être la com'."
De l'avis de tous, le nombre de visiteur n'a pas été à la hauteur. Mauvais emplacement, mauvaise stratégie de communication, pas assez grand... Les causes restent à déterminer. Mais les idées fusent : pourquoi ne pas installer le salon à la Manufacture des tabacs, à mi chemin de toutes les facs ? Le Ninkasi ne sera probablement pas de la partie si une nouvelle édition est organisée l'année prochaine, sauf s'ils l'hébergent. Chiche ?

A.M.

à lire également
Etudiants de l’IAE (Lyon 3) en décembre 2018 © Tim Douet / Aperçu du tableau paru dans Lyon Capitale n°795
En matière de formations post-bac, l’insertion professionnelle fait office de juge de paix. Encore faut-il s’y retrouver sous le déluge de classements et l’avalanche de salons au cœur de l’angoisse de la période de candidature sur ParcourSup. Lyon Capitale fait le point sur les formations d’avenir, celles qui recruteront dans les dix années qui viennent.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut