vélos

Grand Lyon : 75 % des habitants pour la pérennisation des "coronapistes"

Le Réseau Action Climat publie ce jeudi 10 septembre un sondage fait dans les métropoles de Lyon, Paris et Aix-Marseille-Provence, pour évaluer la réception des nouveaux aménagements urbains mis en place pendant la crise sanitaire. D'après les résultats, c'est un succès.

Pendant le confinement, la métropole de Lyon a mis en place de nouveaux aménagements urbains pour répondre à l'utilisation croissante du vélo et garantir le respect de la distanciation physique. Cet urbanisme tactique, utilisé également dans d'autres métropoles françaises comme Paris ou Aix-Marseille-Provence, a été matérialisé notamment par les "coronapistes", ces pistes cyclables provisoires peintes en jaune sur des voies occupées avant le confinement par les voitures. Devant leur succès, certaines ont d'ailleurs été pérennisées. Qu'en pensent les habitants ? Le Réseau Action Climat, une fédération d'associations qui luttent contre le changement climatique, a posé la question à Paris, Lyon et Aix-Marseille-Provence à l'occasion d'un sondage commandé à l'institut Ifop et publié ce jeudi 10 septembre.

Vers une politique cyclable plus ambitieuse dans le Grand Lyon

Dans les trois métropoles, trois habitants sur quatre disent être en faveur de la pérennisation des "coronapistes". Le Grand Lyon avait ainsi créé 52 km de ces pistes cyclables, contre 36 km à Paris et 11 km à Marseille. Aujourd'hui, les habitants sont exactement 75 % à y être favorables dans le Grand Lyon, derrière la métropole d'Aix-Marseille-Provence (88 %) mais loin devant le Grand Paris (62 %).  Si on s'intéresse aux moins de 35 ans, le pourcentage monte même à 89 % pour le Grand Lyon, à 93 % à Aix-Marseille-Paris et à 68 % pour le Grand Paris. D'une manière générale, les habitants de ces trois métropoles souhaiteraient une politique cyclable plus ambitieuse et la limitation de la place de la voiture en ville. La tendance est nette à Aix-Marseille-Provence (79 %) et dans le Grand Lyon (70 %) mais moins marquée dans le Grand Paris (59 %).

Les mesures les plus importantes à prendre selon les Grand-Lyonnais sont la construction de nouvelles pistes cyclables et de nouveaux stationnements pour vélos sécurisés, ainsi que la mise en place d'un soutien financier à l'achat d'un vélo. Viennent ensuite l'existence d'ateliers de réparation pour vélos, des services municipaux de location de vélos et l'instauration de séances d'apprentissage du vélo. Autant de mesures qui pourraient bien voir le jour dans la métropole et la ville de Lyon. Peu après son élection, le nouveau maire Grégory Doucet avait affirmé son intention de réduire la place de la voiture en ville.

Lire aussi : Lyon : Grégory Doucet ou le discours de la méthode (interview)

Les classes populaires et les habitants hors de Lyon plus favorables au vélo

Cet engouement pour le vélo comme moyen de transport est plus fort dans les classes populaires que dans les classes supérieures. Pour les "coronapistes", 82 % des habitants des catégories populaires du Grand Lyon disent y être favorables, contre 79 % des habitants des catégories supérieures.  L'obstacle régulièrement soulevé contre cette politique cyclable plus ambitieuse est la distance. Un cliché, d'après les résultats du sondage. D'après les chiffres, les habitants des périphéries sont plus favorables à la pérennisation des "coronapistes" que ceux des centres-villes. C'est particulièrement vrai dans la métropole de Lyon, où 82 % des habitants du Grand Lyon (hors Lyon Centre) se disent pour, contre 75 % des personnes vivant dans la ville de Lyon.

Un café sur le parking ?

Autre aménagement urbain issu de la crise sanitaire, les terrasses des cafés, bars et restaurants ont été autorisées à manger l'espace dévolu auparavant à des places de parking, pour garantir à leurs clients le respect de la distanciation physique. Le succès rencontré par ce dispositif est moindre que pour les "coronapistes" mais tout de même significatif. Dans le Grand Lyon, ils sont 63 % à souhaiter que ces terrasses restent et 58 % dans le Grand Paris. A l'inverse des pistes cyclables, ce sont cette fois-ci les classes supérieures qui sont les plus favorables à la pérennisation des terrasses (70 %). Rien d'étonnant, les plus aisés étant les plus susceptibles d'aller boire un verre en terrasse, particulièrement après les difficultés économiques engendrées par la crise sanitaire.

Lire aussi : Superblocks : Lyon peut-il importer le modèle de Barcelone ?

6 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - ven 11 Sep 20 à 12 h 03

    Normal que ce soit les catégories + populaires qui préfèrent le vélo ! Elles, elles subissent le périph et sa pollution ignoble, elles subissent la perte de temps dans les bouchons même lorsqu'il y a des 4 voies !

    Vivement la réorganisation économique où les entreprises ne sont plus concentrées sur La Part-Dieu ou des "pôles d'activités" loin des habitations.
    Cette organisation qui concentre est "logique" dans la guerre commerciale, dans la spéculation immobilière, dans la "chasse aux taxes pour les communes", mais tout ceci a mené à la destruction de l'environnement et de la qualité de vie.
    Il est temps de passer à un autre modèle de société.

  2. Josette Dorel - sam 12 Sep 20 à 9 h 32

    quand on sait qui a fait le sondage on ne s'etonne pas du resultat!!!!!!"association reseau climat: federation d'associations locales et regionales qui luttent contre le changement climatique" ils ne vont pas dire le contraire!!!!

  3. Jol - sam 12 Sep 20 à 12 h 50

    Premiere chose à faire avant des pistes cyclables :
    apprendre le code de la route aux cyclistes
    ils deviennent pire que les automobilistes !!!

    Evitez Lyon le Week end des modes soi disant doux car ca va etre dangereux pour les piétons!

    1. Abolition_de_la_monnaie - sam 12 Sep 20 à 16 h 05

      Dans le temps le code était appris à tous les élèves dans les écoles... ça a disparu ? Problème de budget/fric ?
      "pire que les automobilistes", non, il ne faut pas exagéré. Ceux qui détruisent le mobilier urbain ce sont des automobilistes avec leurs tonnes de ferrailles, ceux qui polluent aussi, ceux qui font du bruit, ceux qui blessent (et pire), etc.

      Les piétons sont aussi fragiles que les cyclistes face à des engins motorisés.

  4. Galapiat - sam 12 Sep 20 à 18 h 27

    on peu lire n'importe quoi mais toujours du même auteur , qui ne sait peut être même pas faire du vélo, un comble

  5. Galapiat - sam 12 Sep 20 à 18 h 30

    inclure dans les projets de réfections des chaussées une obligation de créer de véritables pistes cyclo
    séparées du reste de la circulation, pas de simples coups de peinture

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut
Pub Akcelo