Une manifestation organisée en soutien à l’Ukraine a eu lieu sur la place Bellecour à Lyon dimanche 27 février.

Guerre en Ukraine : des Ukrainiennes vont venir à Lyon dans un avion affrété par la Métropole

Lundi 11 avril, un avion va décoller d'Ukraine avec à son bord une vingtaine de femmes ukrainiennes, dont certaines enceintes. Après un arrêt en Pologne, ces réfugiées rejoindront Lyon pour être prises en charge.

Elles vont quitter ce qui ressemble à un enfer. Une vingtaine de femmes (dont certaines enceintes) accompagnées de leurs enfants, vont prendre, lundi 11 avril, un avion depuis le Nord-Est de l'Ukraine, une région qui a subi de lourds bombardements depuis le début de l'invasion russe. Affrété par la Métropole de Lyon, cet avion fera d'abord une halte en Pologne à Cracovie où les réfugiées seront prises en charge par la clinique Natecia pour un suivi médical et le déroulement de leur accouchement.

Elles seront ensuite rapatriées dès le mardi 12 avril à Lyon. Les services de l’État se chargeront d’assurer leur hébergement dans des logements mis à disposition par le ministère des Armées sur le site Desgenettes. Cet hébergement sera géré par Alynéa et la Croix-Rouge. La Métropole continuera, parallèlement, d’accompagner ces réfugiés ukrainiens dans leurs démarches.

Un avion initialement affrété pour un voyage de collégiens

Lors de son vol aller vers l'Ukraine, l'avion envoyé par la Métropole transportera également trois tonnes de matériel médical, de secours et d’hygiène rassemblées par la Protection civile . Du matériel qui sera distribué sur place aux réfugiés ukrainiens en Pologne, mais également acheminé en Ukraine auprès des populations.

Cet avion était initialement affrété par la Métropole de Lyon dans le cadre d’un voyage scolaire de collégiens à Auschwitz autour de la mémoire. Voyage finalement annulé à la suite du déclenchement du conflit armé entre la Russie et l’Ukraine. Compte tenu des circonstances, la Métropole de Lyon a souhaité mettre ce même avion au service des personnes ukrainiennes déplacées, fuyant le conflit armé.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut