GUYLAINE GOUZOU-TESTUD : "CET HOMME FORMIDABLE"

Les mots pour dire ce que René Dumont annonçait en Europe dès 1974.

Les mots pour dire une chose encore : l'écologie sera l'humanisme de demain. Les forts ne réduiront plus les faibles en servitude. Ce sera le partage ou le chaos : Au choix.
Mais, méfiez-vous, les Chinois, les Indiens, les Etats-Unis sont capables de nous vendre demain les technologies de l'écologie si les décideurs européens ne se réveillent pas. Et il a raison !
Tout de même : quel retard pris en France, il faudra bien en convenir...

La conférence continue, rythmée, concise, quand soudain tombe la phrase "Il faut lier le pessimisme de l'intelligence à l'optimisme de la volonté" (Gramsci) Non ? Nicolas Hulot cite Gramsci, presque dans le texte.
Cette phrase, je l'ai utilisé moi-même nombre de fois chez les Verts. Les Verts, un parti politique européen dont vous vous souvenez peut-être ? Né en 1984. Toujours vivant. Jusqu'à preuve du contraire.

Hier, en tant qu'élue écologiste à Lyon, candidate aux élections législatives, j'ai signé le pacte de Nicolas Hulot.

J'avais prévu une question en fin de conférence mais il n'y eut pas de questions. Je voulais demander : "Pourquoi ne demandez-vous pas le Ministère élargi du développement durable Nicolas ? S'il vous plait ne nous laissez pas aux mains d'Alain Juppé ou d'un autre ! Franchissez le Rubicon !"

Trêve de plaisanterie : c'est la posture de cet homme qui est formidable, il est politique sans faire de politique, médiatique par essence, soutenu globalement.

Il n'y a pas meilleure posture que la sienne pour faire passer un message. Seulement voilà, une fois que le message passé, qu'est ce qu'on fait ?

Devant les décideurs économiques et politiques, Nicolas Hulot a conclu : "Il faut cesser d'allier le génie et la folie".
On est d'accord.

Guylaine Gouzou-Testud est conseillère municipale de Lyon
(Les Verts)

à lire également
L’incinérateur de déchets de Gerland © Tim Douet
Les deux incinérateurs de la Métropole de Lyon doivent être renouvelés en 2024 pour un coût compris entre 400 et 600 millions d’euros, aux frais du contribuable. Pourquoi cette échéance ? Comment fonctionne la grande machinerie de gestion des déchets de la Métropole ? Quels sont ses coûts écologiques ? Et financiers ? Des solutions alternatives à l’incinération existent-elles ? À l’heure de l’arrivée au pouvoir des verts, la question d’un projet alternatif de gestion des déchets est plus que jamais d’actualité.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut