L'A45 relance la guerre est/ouest

Car l'A45 rend encore plus urgente la réalisation du périphérique ouest.

N'en déplaise au Grenelle de l'Environnement, l'A45 sera bien inaugurée en 2015. François Fillon a annoncé la semaine dernière que la déclaration d'utilité sera prononcée en 2008. Les deux principaux maires concernés se réjouissent. Mais l'un plus que l'autre. Gérard Collomb sait qu'une nouvelle infrastructure, confortable et rapide, génère un surcroît de trafic. Or il s'inquiète du goulot infernal A7 - quai du Rhône - tunnel de Fourvière. Aussi pose-t-il des "conditions" à la réussite du projet.

Dans un premier temps, le maire de Lyon a souhaité que l'A45 soit connectée à la rocade est (A46), boutant à une vingtaine de kilomètres au sud du centre-ville lyonnais une part du flux stéphanois qui serait incitée à faire le tour par le grand est. Mais il restait à définir un tracé pénétrant aux abords de Givors... Amendant sa position, il réclame à présent de l'Etat, afin de fluidifier la circulation vers l'est, un raccordement entre l'A45 et le périphérique. Lequel est pourtant déjà emprunté par 130 000 véhicules/jour. "L'Etat ne peut réaliser l'A45 sans s'engager simultanément dans la construction d'un nouveau pont sur le Rhône qui permettra de rejoindre le périphérique sans passer par l'A7. C'est une condition indispensable", affirme-t-il. "Condition", dit-il : pourrait-il revenir sur sa position favorable en cas de désaccord avec l'Etat ? "30 millions de travaux vont être consacrés à l'élargissements des voies et l'amélioration de la circulation sur l'A450 : ce nouveau pont n'est pas nécessaire", estime pour sa part Dominique Perben.

En renforçant les flux automobiles sur les quais du Rhône, l'A45 rend en tous cas la réalisation du tracé ouest du périphérique (TOP) encore plus urgente. Or sur ce dossier, Gérard Collomb avance avec la prudence de Sioux : il est en effet sensible aux vues des maires de l'ouest lyonnais qui lui permettent de se maintenir à la tête de l'agglo. A l'écoute des habitants de l'ouest qui lui assurent la présidence du Conseil général, Michel Mercier est quant à lui carrément hostile à l'A45. Curieusement le TOP et l'A45 trouvent un ardent défenseur en la personne de Dominique Perben qui, sur ce dossier, prend son bord politique à rebrousse-poil. Collomb, porte-parole des maires divers droite de l'ouest, contre Perben avocat des élus de gauche de l'est : c'est à y perdre le nord !

Réagissez : Pour ou contre l'A45 ?

à lire également
Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
Si Gérard Collomb a fait de l'Anneau des sciences de Lyon le point central de sa campagne, un décalage semble se creuser avec les principales attentes des Lyonnais. Ce projet d'autoroute pour boucler le périphérique ne remporte pas l'adhésion selon un sondage. 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut