L'ADIEU A JACQUES MARTIN

La cérémonie a lieu jeudi à la cathédrale Saint-Jean.

Une belle occasion pour les Lyonnais de rendre un dernier hommage à l'animateur vedette, fils d'industriel, petit-fils de Joannès Ducerf, chef de cuisine du tsar Nicolas II de Russie et initiateur de Paul Bocuse. Homme de télévision, fin gourmet et bon vivant, Jacques Martin était populaire et très apprécié par le monde du spectacle.

Il débute comme animateur à la radio, à RTL et Europe 1, en compagnie de Jean Yanne. Son talent est très rapidement reconnu. Il entre à la télévision à la tête, notamment, de l'émission "Le petit rapporteur", un programme satirique qui fait l'effet d'une bombe. Diffusé du 19 janvier 1975 au mois de juin 1976 sur TF1, l'émission est un véritable phénomène qui réunit plus de 20 millions de téléspectateurs devant le petit écran. Un phénomène qui dérange aussi. Son humour décalé et la liberté de ton de ses chroniqueurs, Pierre Desproges, Stéphane Collaro et Daniel Prévost, déplaît à la direction de la chaîne qui interrompt l'émission au bout d'un an. Jacques Martin a découvert de nombreux talents et mis le pied à l'étrier à de nombreuses vedettes : de Desproges à Laurent Ruquier, en passant même par Vanessa Paradis qui est passée dans son émission dominicale : "L'Ecole des fans" lorsqu'elle était enfant, en 1980.
Jacques Martin est père de huit enfants : il s'est marié trois fois et a vécu en union libre avec la comédienne Danièle Evenou. Il a épousé en 1984 l'actuelle première dame, Cécilia Ciganer-Albeniz avec laquelle il a eu deux filles : Judith et Jeanne-Marie. C'est d'ailleurs Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly qui avait célébré leur union, peu de temps avant de ravir la belle épouse. Cécilia est ainsi attendue à la cérémonie, jeudi, à Lyon. Elle devrait accompagner ses deux filles à l'inhumation.

A la suite d'un accident cérébral, en 1998, malade, il avait décidé de prendre sa retraite dans un grand hôtel de Biarritz, ville où il est décédé le 14 septembre 2007, à l'âge de 74 ans.

à lire également
Emmanuel Macron, à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Présentée comme la petite sœur de la loi sur le secret des affaires, celle sur les fake news est vécue par les médias comme une entrave supplémentaire à la liberté de la presse. La promesse du Gouvernement de les exclure du périmètre d’une loi focalisée sur les plateformes en ligne peine à convaincre.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut