Ensemble des élus de la nouvelle mandature ©CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne

La CCI Lyon Métropole poursuit sa transformation et espère un retour à l'équilibre financier en 2022

À l'occasion d'une conférence de presse, le président de la Chambre de commerce et de l'industrie de Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne a annoncé un retour à un équilibre financier en 2022, sans apport de dividendes.

2021 était l'année de la transformation profonde du modèle de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne. Avec pour mot d'ordre : écoute des attentes des clients. L'année 2022 devrait prolonger ce nouveau système de fonctionnement et apporter aux 152 000 entreprises du territoire une clarification des missions apportées par la CCI.

Philippe Valentin, candidat élu à la présidence de la CCI en novembre dernier a tenu à détailler les nouvelles ambitions affichées par la chambre. Dorénavant, "nous sortons du schéma où l'on propose un service. Maintenant, on va vers le client et on lui demande son besoin", affirme Philippe Valentin, expliquant alors la création d'une cellule commerciale marketing au sein de la CCI. En 2021, ce sont 120 experts dédiés qui ont accompagné tout au long de l'année 2 000 entreprises et 880 porteurs de projets.

Une délégation, seulement circonscrite sur Lyon, est présidée par Myriam Bencharaa. Elle représente 118 000 entreprises dont 80 % se situent dans la métropole. Elle explique, que le rôle de la CCI est de jouer "un rôle au côté des entreprises, pour informer et sensibiliser sur la ZFE" par exemple. Mais également être au côté "des acteurs économiques pour porter la parole des chefs d'entreprise".

Lire aussi : Seul candidat, Philippe Valentin est réélu Président de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne

Myriam Bencharaa réélue Présidente de la délégation CCI à Lyon

Un retour à l'équilibre en 2022

Avec un budget global de 50 millions d'euros, l'établissement public accusait en 2021 un déficit de 15 millions d'euros, privé de 75 % de ses recettes fiscales. Une situation qui plongeait la CCI dans une crise qui coûtait le licenciement d'une centaine de salariés l'année dernière sur 400. "Je ne suis pas magicien" regrette Philippe Valentin lors de la conférence de presse de début d'année. Cependant, avec une masse salariale allégée de 6 à 7 millions d'euros, la chambre de commerce pouvait - en partie - redresser la barre. D'autres économies importantes ont pu être réalisées comme la location de locaux inutilisés pour 1,5 million d'euros par an ou encore le transfert du musée des Tissus à la Région allégeant la charge financière de la CCI de près de 2 millions d'euros.

De nouveaux apports financiers, difficiles à quantifier, devraient également aider la CCI à un retour à l'équilibre. Une nouvelle interface pour des clients chefs d'entreprise "abonnés" pourrait être expérimenté courant 2022. L'objectif : simplifier l'accès aux services CCI et à l'information grâce à un abonnement mensuel. Preuve de la modernisation et de la restructuration de la CCI : des investissements sur les réseaux, et notamment Instagram et TikTok ont également été réalisées en 2021, réunissant 50 000 abonnés. "La CCI ne devient pas une entreprise mais elle adopte une culture business. Son ambition est d’apporter, avec le concours de ses partenaires, une réponse à forte valeur ajoutée aux entreprises et aux collectivités", détaillait son président début 2021.

À la CCI Lyon Métropole, la mutation est toujours en cours mais a déjà bien entamé sa progression. Cependant, d'autres chantiers doivent encore voir le jour. Le président réélu assume : "le résultat des dernières élections n'est pas brillant. Donc il faut s'engager dans ce sens-là. Mieux expliquer ce qu'est une CCI aux chefs d'entreprise". En effet, Philippe Valentin a été réélu en novembre dernier, avec un taux d'abstention de 80 % alors même que c'était le seul candidat en lice.

Lire aussi : Elections à la CCI de Lyon, le coup de gueule de Turcas

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut