La fin des militants chercheurs

Malheureusement, cette précieuse association lyonnaise, constituée de 200 membres et 7 salariés, ne pourra plus le porter : elle a été placée en liquidation judiciaire le 13 novembre dernier par le tribunal de commerce de Lyon. C'est la fin d'une forme originale de militantisme qui colore le paysage associatif lyonnais depuis 1941. "Economie et Humanisme a été un vivier pour beaucoup de responsables politiques et associatifs ; toute une série de patrons se sont inspirés de la pensée d'Economie et Humanisme dans la région ; ça a été très important" estime Henri Faure, président de Forum citoyens.

Dans la mouvance du catholicisme social, l'association Economie et humanisme, "spiritualiste mais non confessionnelle" s'est créée autour d'une idée-force : "l'action militante doit être fondée sur les connaissances scientifiques et les pratiques de terrain" rappelle Jean Clément, trésorier de l'association. Elle s'est donc dotée d'une centre de recherches et d'études, qui fut un temps associé au CNRS, et livra beaucoup de travaux, sur les politiques territoriales, les discriminations, l'emploi, etc. "Mais ce pari s'est révélé difficile, tant le marché des études et des enquêtes socio-économiques est de plus en plus concurrentiel" raconte Jean Clément. Si l'association est en liquidation, l'idée fondatrice du mouvement est loin d'être réalisée. L'économie n'est toujours pas au service de l'homme et les inégalités ne font que s'accroître... Les idées d'Economie et humanisme, réunies en un passionnant manifeste intitulé "citoyens d'une humanité fragile" sont donc d'une urgence vitale ! "Nous espèrons que ce manifeste servira de départ à d'autres militants..." lance Jean Clément. Avis aux bonnes volontés !

"Citoyens d'une humanité fragile" est téléchargeable sur www.economie-humanisme.org

à lire également

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut