Franck Berthinier

La fin du CDI, une vraie mesure de gauche !

Ouh là, j’entends déjà les remarques acerbes : salaud de patron de droite, nanti, profiteur, exploiteur, etc. Mais, devant les centaines de publications que j’ai lues ces derniers temps sur le nouveau Code du travail promis par le gouvernement Valls, j’ai eu envie d’ajouter ma petite pierre à l’édifice.

Alors, comme cela, on ne serait pas de gauche parce qu’on présente un Code qui serait soi-disant favorable au patronat. Comme si être patron c’était forcément être de droite. Je tiens à préciser pour détendre tout le monde que j’ai voté Mitterrand, Jospin, Ségolène Royal et même Hollande. Reconnaissez-moi au moins le fait d’avoir une certaine constance dans mes choix électoraux. Eh bien, tenez-vous bien car, en “salaud de patron” que je suis, je vais aller encore plus loin : la proposition de loi El Khomri ne va pas assez loin. Je pense qu’aujourd’hui il fallait aller jusqu’à la suppression du CDI. (Aïe, aïe, aïe, pas la tête, tapez pas si fort, laissez-moi m’expliquer.)

La plupart des patrons sont pour la suppression du CDI mais pas pour les mêmes raisons que moi. Je pense que le CDI, tel que nous le connaissons aujourd’hui, a vécu, il asservit le salarié. ASSERVIT, oui, le mot n’est pas trop fort. Dans notre société, sans CDI vous n’êtes rien, il reste le saint Graal à obtenir pour simplement pouvoir vivre tel que chaque humain souhaiterait ou devrait pouvoir le faire.

Sans CDI, pas de logement (location ou achat), sans CDI pas d’achat de voiture (souvent indispensable pour travailler), pas de crédit à la consommation, il est impossible de prévoir des vacances car sans CDI vous ne savez jamais si vous allez être disponible le mois suivant. Bref, le CDI est incontournable et il faut que cela change !

Un salarié a un but ultime : décrocher son CDI et surtout le garder. Pour cela, il est prêt à tous les sacrifices, à accepter tous les changements d’horaires et même les baisses de salaire – on l’a vu récemment – et surtout à subir la pression qui peut être étouffante dans certains groupes. Et comme il est très dur à obtenir, on s’y accroche comme à une branche suspendue dans le vide… du marché de l’emploi. Tout ceci parce que le salarié pense qu’il ne retrouvera pas de sitôt ce fameux CDI.

Le problème du CDI, c’est qu’il est très contraignant pour l’entreprise, ce qui fait que bon nombre de mes collègues “salauds de patrons” rechignent à embaucher. Si la réglementation n’était pas si contraignante, sans aucun doute vivrions-nous une période plus proche du plein emploi. Et là ça change tout… pour le salarié. Parce que, pour le patron, bonjour les dégâts ! Eh oui, mes amis “salauds de patrons”, avez-vous pensé à ce que serait un monde sans CDI et avec du plein emploi ?

• Un salarié à qui vous refusez une augmentation ? Il se tire du jour au lendemain, sans préavis, vous laissant dans la mouise jusqu’au cou, la loi le lui permettrait…

• Un salarié qui s’ennuie dans son travail ? Pas de souci pour lui, demain il pourrait changer de boîte.

• Un salarié à qui vous mettez trop de pression ? Il n’aurait aucun mal non plus à changer.

Bien sûr, pour que cela fonctionne, il faudrait changer certaines règles et habitudes, et prendre soin des personnes en difficulté, et mettre en place la fameuse “flexisécurité”.

Je propose donc la suppression du CDI, remplacé par le contrat de travail unique, je propose qu’il soit interdit à tout logeur, vendeur, organisme bancaire ou financier de demander l’ancienneté d’un salarié dans l’entreprise qui l’emploie. Dans ce cas seulement, le CDI deviendrait obsolète et même l’intérimaire aurait les mêmes droits de se loger et de consommer que le salarié actuellement en CDI.

Tant que cela ne sera pas fait, les salariés continueront à s’accrocher à leur espoir de CDI et pour ma part je continuerai d’embaucher des salariés uniquement… en CDI car je n’accepte pas qu’une personne travaillant dans mon entreprise ne puisse pas se loger, s’acheter une voiture ou partir en vacances…, ne puisse pas vivre, tout simplement.

Alors, la suppression du CDI, une mesure de gauche… ou pas ? À vos réactions 😉

Franck Berthinier

Salaud dans une agence de communication digitale

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut