Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet
Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet

La métropole de Lyon veut casser le contrat Rhônexpress

À quelques mois des élections, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, s’offre un coup politique et annonce vouloir résilier le contrat de concession de Rhônexpress, navette vers l’aéroport Lyon Saint-Exupéry.

Au printemps dernier, la métropole de Lyon et le Sytral ont entamé une renégociation du contrat Rhônexpress avec le concessionnaire. Trois objectifs étaient alors affichés : faire baisser le prix de la navette qui va jusqu'à l'aéroport Saint-Exupéry, permettre l'arrivée de solutions concurrentes et améliorer la desserte de l'Est lyonnais.

Deux positions étaient claires sur le sujet : le président de la métropole, David Kimelfeld, se disait prêt à aller jusqu'à la rupture du contrat, tandis que la présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda, cherchait une solution qui permettrait à tous les acteurs de sortir par le haut, tout en maintenant un service de navette rapide vers l'aéroport. Car, si Rhônexpress est régulièrement pointé du doigt pour ses tarifs jugés trop élevés, il répondait au besoin d'un transport en commun plus efficient qu'un simple tramway. Cette renégociation vient d'échouer.

En solo, la métropole annonce casser le contrat Rhônexpress

Dans un communiqué de presse signé par la seule métropole, sans mention de la position du Sytral, David Kimelfeld annonce initier la rupture du contrat Rhônexpress : “À l’issue de six mois de négociation, menée par la Métropole de Lyon et le Sytral, avec les équipes de Vinci sur Rhônexpress et au regard des propositions insuffisantes du délégataire, David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon et Gérard Claisse, Vice-Président de la Métropole en charge des marchés publics, demandent la convocation d’un conseil syndical extraordinaire au mois de janvier afin de soumettre au vote la résiliation du contrat, dans le respect de la décision des élus du Sytral. Le Président de la Métropole de Lyon et son Vice-Président en charge des marchés publics considèrent que la meilleure solution pour préserver les intérêts des Grand-Lyonnais est celle de la résiliation du contrat. Cela permettra d’offrir une tarification véritablement attractive et de redonner à la collectivité tous les leviers pour améliorer la mobilité du quotidien et la desserte de l’Est lyonnais.”

Des inconnues

Plusieurs inconnues sont toujours présentes : quelle va être la réaction du Sytral suite à cette décision, alors que l'autorité avait mené la renégociation conjointement ? La rupture devra être votée pour être entérinée, et l'opinion publique comprendrait assez peu un rejet tant Rhônexpress a cristallisé les critiques pendant plusieurs années. Le concessionnaire ne devrait pas en rester là et l'affaire a de fortes chances de terminer devant la justice.

La chambre régionale des comptes avait livré un rapport accablant sur la concession, estimant que les conditions conventionnelles de remise en cause de la concession [étaient] susceptibles d’être actionnées” (lire ici). Néanmoins, cet avis ne présage pas une éventuelle décision de justice. “C'est un beau coup de poker qui, s'il ne fonctionne pas, devra être assumé par ceux qui arriveront au pouvoir en 2020”, résume un avocat parisien interrogé par Lyon Capitale début novembre. En cas d'échec, le montant des indemnités que pourrait verser la métropole est estimé entre 35 et 60 millions d'euros, selon plusieurs sources – d'autres indiquent qu'il pourrait être encore plus élevé.

“Cher”, mais incontournable

Pour l'instant, cette annonce est un beau coup de communication politique, à quelques mois des élections métropolitaines et municipales. Après avoir annoncé la fin de l'Anneau des Sciences (lire ici) et un plan métro à 10 milliards (lire ici), David Kimelfeld achève sa semaine en s'attaquant au symbole Rhônexpress.

Mais, à la différence des deux autres sujets, l'usage existe déjà et supportera mal la moindre dégradation. Car, si Rhônexpress est souvent associé à ses tarifs élevés, pour l'instant il assure une liaison incontournable dans la métropole. La métropole de Lyon assure que le service sera maintenu ces prochains mois : “La résiliation du contrat Rhônexpress n’aura aucun impact pour les usagers, le service continuant à être opéré par la société CFTA du groupe Transdev. Cette résiliation permettra de proposer courant 2020 une baisse des tarifs sensiblement supérieure à celle proposée par le délégataire actuel.” Au-delà de l'annonce, c'est bien la suite qui sera donnée qui fera la différence.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut