Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet
Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet

La métropole de Lyon veut casser le contrat Rhônexpress

À quelques mois des élections, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, s’offre un coup politique et annonce vouloir résilier le contrat de concession de Rhônexpress, navette vers l’aéroport Lyon Saint-Exupéry.

Au printemps dernier, la métropole de Lyon et le Sytral ont entamé une renégociation du contrat Rhônexpress avec le concessionnaire. Trois objectifs étaient alors affichés : faire baisser le prix de la navette qui va jusqu'à l'aéroport Saint-Exupéry, permettre l'arrivée de solutions concurrentes et améliorer la desserte de l'Est lyonnais.

Deux positions étaient claires sur le sujet : le président de la métropole, David Kimelfeld, se disait prêt à aller jusqu'à la rupture du contrat, tandis que la présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda, cherchait une solution qui permettrait à tous les acteurs de sortir par le haut, tout en maintenant un service de navette rapide vers l'aéroport. Car, si Rhônexpress est régulièrement pointé du doigt pour ses tarifs jugés trop élevés, il répondait au besoin d'un transport en commun plus efficient qu'un simple tramway. Cette renégociation vient d'échouer.

En solo, la métropole annonce casser le contrat Rhônexpress

Dans un communiqué de presse signé par la seule métropole, sans mention de la position du Sytral, David Kimelfeld annonce initier la rupture du contrat Rhônexpress : “À l’issue de six mois de négociation, menée par la Métropole de Lyon et le Sytral, avec les équipes de Vinci sur Rhônexpress et au regard des propositions insuffisantes du délégataire, David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon et Gérard Claisse, Vice-Président de la Métropole en charge des marchés publics, demandent la convocation d’un conseil syndical extraordinaire au mois de janvier afin de soumettre au vote la résiliation du contrat, dans le respect de la décision des élus du Sytral. Le Président de la Métropole de Lyon et son Vice-Président en charge des marchés publics considèrent que la meilleure solution pour préserver les intérêts des Grand-Lyonnais est celle de la résiliation du contrat. Cela permettra d’offrir une tarification véritablement attractive et de redonner à la collectivité tous les leviers pour améliorer la mobilité du quotidien et la desserte de l’Est lyonnais.”

Des inconnues

Plusieurs inconnues sont toujours présentes : quelle va être la réaction du Sytral suite à cette décision, alors que l'autorité avait mené la renégociation conjointement ? La rupture devra être votée pour être entérinée, et l'opinion publique comprendrait assez peu un rejet tant Rhônexpress a cristallisé les critiques pendant plusieurs années. Le concessionnaire ne devrait pas en rester là et l'affaire a de fortes chances de terminer devant la justice.

La chambre régionale des comptes avait livré un rapport accablant sur la concession, estimant que les conditions conventionnelles de remise en cause de la concession [étaient] susceptibles d’être actionnées” (lire ici). Néanmoins, cet avis ne présage pas une éventuelle décision de justice. “C'est un beau coup de poker qui, s'il ne fonctionne pas, devra être assumé par ceux qui arriveront au pouvoir en 2020”, résume un avocat parisien interrogé par Lyon Capitale début novembre. En cas d'échec, le montant des indemnités que pourrait verser la métropole est estimé entre 35 et 60 millions d'euros, selon plusieurs sources – d'autres indiquent qu'il pourrait être encore plus élevé.

“Cher”, mais incontournable

Pour l'instant, cette annonce est un beau coup de communication politique, à quelques mois des élections métropolitaines et municipales. Après avoir annoncé la fin de l'Anneau des Sciences (lire ici) et un plan métro à 10 milliards (lire ici), David Kimelfeld achève sa semaine en s'attaquant au symbole Rhônexpress.

Mais, à la différence des deux autres sujets, l'usage existe déjà et supportera mal la moindre dégradation. Car, si Rhônexpress est souvent associé à ses tarifs élevés, pour l'instant il assure une liaison incontournable dans la métropole. La métropole de Lyon assure que le service sera maintenu ces prochains mois : “La résiliation du contrat Rhônexpress n’aura aucun impact pour les usagers, le service continuant à être opéré par la société CFTA du groupe Transdev. Cette résiliation permettra de proposer courant 2020 une baisse des tarifs sensiblement supérieure à celle proposée par le délégataire actuel.” Au-delà de l'annonce, c'est bien la suite qui sera donnée qui fera la différence.

11 commentaires
  1. Aster Oide - 5 décembre 2019

    Cette décision de la Métropole sans l'appui du Sytral me semble fragile. Effectivement c'est un coup de poker, à suivre!

  2. JANUS - 5 décembre 2019

    On sent l'annonce préélectorale opportuniste. Quant 'au plan métro à 10mds! Promettre la lune c'est démagogique. Trouver les fonds sans aggraver lourdement la dette publique, c'est autrement plus risqué !
    Abolition de la monnaie va bien nous faire une petite leçon de gestion.....

  3. Georges Marchais - 5 décembre 2019

    Et zut ! Je venais d'acheter des actions Rhone Express !!!

    Mais non je plaisante, le particuliers ne pouvaient pas acheter des actions, c'était réservé aux investisseurs institutionnels. Bon d'accord il y a des gens en chair et en os qui s'enrichissent derrière ces investisseurs institutionnels mais c'est un autre monde, inaccessible à 99.9 % de la population.

    Malheureusement aucun journal ne donne les noms des gens qui se sont enrichis avec cette affaire.
    Ils sont complices.

  4. Georges Marchais - 5 décembre 2019

    Il y a bientot des elections ou quoi ?

  5. Els Uego - 5 décembre 2019

    Chacun peut acheter des actions Rhonexpress Georges, ça s'appelle Vinci et Veolia, deux compagnies qui ont un lourd passif avec les finances publiques lyonnaises.

  6. PAUL Gabriel - 5 décembre 2019

    Il faut remplacer Rhônexpress par le Tram T3.
    Le tram T3 peut circuler des demain sur le tronçon Meyzieu ST Ex et sans aucun cout supplémentaire.
    La ligne T3 peut relier demain Part-Dieu à St Exupéry en 33minutes et au tarif TCL (ticket et abonnement).
    -------------------------------
    Pour le rachat du contrat, il faut utiliser l'argent que doit le COR (Mercier) au SYTRAL.
    Les actionnaires (Vinci, Caisse des dépôts, etc.) de Rhônexpress ont investis seulement 17millions d'Euros sur la totalité du cout de 120millions, le reste a été payé par nos impots (prets+emprunt que nous remboursons tous les ans) .
    Je pense que le rachat de ce contrat ne devrait pas poser de problème au SYTRAL qui est capable d'investir chaque année 200millions d'euros.

    1. vieux caladois - 6 décembre 2019

      très bonnes explications

      1. nico-yzfr6 - 6 décembre 2019

        Vous avez raison Paul Gabriel. J'ajouterais que le T3 pourrait avoir plusieurs terminus sans parcourir l'ensemble de la ligne à chaque fois. Si on dit un T3 sur deux va jusqu'à l'aéroport, je pense que c'est pas mal... Juste un truc, les buisnessmen devront voyager avec la populasse ! 😉

      2. Lugdunum69 - 6 décembre 2019

        C'est malheureusement utopique de penser que le T3 pourrait aller à l'aéroport sans surcoût supplémentaire.

        Il en a les moyens techniques oui, mais la capacité ne le permettrait pas, déjà qu'aux heures de pointe, il faut parfois laisser passer plusieurs tramways bondés le matin ou le soir, alors rajouter les voyageurs.

        Déjà qu'on voit très bien le problème quand il y a un concert au Groupama Stadium... ce n'est juste pas possible à moins d'augmenter la longueur du tramway pour prendre plus de gens, et également augmenter la fréquence aux heures de pointe, que je juge insuffisante (un tram tous les 8 minutes il me semble, la station T3 de la Part Dieu est vite submergée en 3-4 minutes vers 17h20, heure où je le prends en rentrant de mon travail.

        Donc si, il y a un surcoût....

  7. 100citoyens - 6 décembre 2019

    Cette concession où le contribuable finance au-delà du coût d'investissement, octroie des privilèges extraordinaires au concessionnaire et fait payer à l'usager un tarif record en Europe doit être résiliée. Nous le proposons depuis des mois, espérons que cela dépassera les postures pré-électorales
    http://bit.ly/ResiliationRhonExpress

  8. Georges Marchais - 6 décembre 2019

    Désolé uego mais acheter des actions Vinci ce n'est pas acheter des actions Rhône express. Vinci a des actions Rhône express mais les particuliers ne peuvent pas en acheter.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut