La très bonne affaire du Progrès

Les équipes du groupe Le Progrès ont commencé à défaire leurs cartons dans leur nouveau bâtiment de 11000 m2 au Confluent qui sera inauguré le 12 décembre. Environ 200 personnes, travaillant aux rédactions du Progrès et de Lyon Plus, au site internet leprogres.fr, à la valorisation des marques, à la régie pub et à la direction générale ont ainsi rejoint l'équipe de TLM déjà installée depuis la rentrée. "Les locaux sont très fonctionnels et très lumineux" commente Jean-Claude Lassalle, l'un des directeurs du Progrès, qui assure que "tout se passe bien". Les problèmes d'inondation du parking en sous-sol ? "En passe d'être réglé". Le caractère ex-centré du Confluent ? "Pas du tout ! Le site est assez facilement accessible" poursuit-il. Que représentent en effet quelques petits pépins au regard de la super opération immobilière réalisée ?

Car en s'installant au Confluent, Le Progrès fait une très bonne affaire. Le président du Grand-Lyon Gérard Collomb était tellement désireux d'attirer de grandes entreprises au Confluent pour "lancer" son grand projet qu'il a cédé les terrains aux premiers acquéreurs à prix canon. Et la Caisse des Dépôts a fait consentir des prêts à taux ultra concurrentiel, aux alentours de 2,5 %. Résultat : pour un prix de remboursement à peine supérieur au loyer de la rue Servient, le Progrès deviendra propriétaire de locaux bien plus vastes au Confluent, puisque plusieurs milliers de m2 seront proposés à la location à d'autres sociétés. C'est même une si bonne affaire que quand il a revendu, en juin 2006, Le Progrès et Le Dauphiné, Serge Dassault a souhaité conserver pour son groupe les parts que Le Progrès détenait dans la SCI, Société Civile Immobilière, support de l'opération. Cette SCI est détenue par Voies Navigables de France, la Caisse des Dépôts et Le Progrès. Mais c'est finalement le nouveau propriétaire du Progrès, (L'Est républicain et le Crédit Mutuel) qui a remporté la partie et les parts de la SCI.

De plus, le Progrès n'a pas gagné qu'à l'achat. Il a aussi gagné à la revente de ses anciens locaux de Chassieu, condition sine qua non à l'investissement au Confluent. Le Grand Lyon a en effet racheté les anciennes usines du Progrès plus de 5 millions d'euros. Même si le prix a bien sûr été validé par les Domaines, cela paraît cher payé pour une zone (Chassieu, dans l'Est lyonnais) qui ne manque pas de réserves foncières, et des locaux bourrés d'amiante !

à lire également
conseil_municipal©FlorentAceto_9
La ville de Lyon a revu la convention qui la lie à TLM – futur BFM Lyon – pour la diffusion des conseils municipaux. Un contrat plutôt juteux pour le diffuseur qui s'assure une rentrée d'argent d'une centaine de milliers d'euros par an. 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut