L’artillerie de la sixième division de cavalerie au fort de Montluc (non daté – Fin XIXe)
Article payant

L’architecture lyonnaise et ses secrets au XIXe siècle : la défense de lyon

Durant tout le XIXe siècle, la mise en place d’un système de défense dans Lyon et son agglomération aura une incidence forte sur le paysage urbain. Si certains forts (tels Saint-Jean, Montluc ou Loyasse) sont bien connus des Lyonnais, d’autres comme le souterrain du fort de Vaise, celui de Caluire, converti un temps en champignonnière, ou encore le fort de Bron offrent des expériences insolites.


© BM Lyon

Pendant des siècles, les clôtures médiévales ont délimité les premiers bourgs lyonnais, puis murailles et enceintes ont été élevées (enceinte de la Lanterne, muraille Saint-Sébastien, mur de la Retraite, etc.) pour protéger la ville. Durant tout le XIXe siècle et jusqu’à la Grande Guerre, la nécessité de défendre Lyon, puis son agglomération, devient une préoccupation dominante. Lyon est alors proche de la Savoie*, qui appartient au royaume de Piémont-Sardaigne, allié à l’Autriche. Un climat guerrier régit les relations avec les pays de l’Europe centrale, en particulier avec l’Empire autrichien et la Prusse puis, après 1871, avec l’Empire allemand. Sur le territoire du Grand Lyon, deux ensembles de fortifications se succèdent dans l’espace. Une première ceinture de forts, rapprochée de la ville, est réalisée de 1831 à 1855, sous la houlette du général Rohault de Fleury. Elle est rapidement rendue caduque par les progrès de l’artillerie et les canons à longue portée et est alors remplacée par une ceinture de forts de grande taille, implantés loin de la ville et constituant une couronne défensive d’ouvrages (plan du général Séré de Rivières).

Il vous reste 83 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut